RMC Sport

Algérie: "La Casa del Mouradia", ce chant passé des stades de foot aux manifestations contre Bouteflika

Alors que de nombreux Algériens manifestent encore vendredi pour réclamer le départ du président Abdelaziz Bouteflika, en poste depuis 1999, plusieurs chants repris dans les rues du pays proviennent des stades de foot. Explications.

Ses paroles se sont largement répandues. Parmi les manifestants, le chant des supporters de l’USM Alger "La Casa del Mouradia" est repris dans les rues du pays pour réclamer le départ du président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999. "C’est bientôt l’aube et je n’ai toujours pas sommeil, raconte le chant, qui pointe du doigt la mainmise du dirigeant sur le pouvoir algérien. Nous en avons marre de cette vie."

Un chant visant le palais de la présidence

"C’est un clin d’œil à "La Casa de Papel" (série Netflix dans laquelle huit braqueurs s’attaquent à la Banque d’Espagne), Mouradia étant le lieu où se trouve le palais de la présidence", explique à RMC Sport le groupe de supporters "Ouled el-Bahdja" (enfants d’Alger), à l’origine de ce chant.

"On l’a inventé l’année dernière, précise le groupe de supporters. Bien avant le début des manifestations en Algérie. Il dénonce le pouvoir mafieux ainsi que les quatre mandats du président et prédit sa représentation pour un cinquième mandat."

Chants, slogans et fumigènes

Finalement, après plusieurs semaines de manifestations dans le pays, le chef d’Etat a renoncé à briguer un cinquième mandat. Mais il a repoussé son départ pour une phase de transition et les Algériens continuent leur mobilisation, avec une nouvelle manifestation prévue ce vendredi. Et les chants retentiront encore.

Car d’autres slogans sont issus des tribunes des stades de football en Algérie. "Bouteflika, le Marocain (né à Oujda, ndlr), il n’y aura pas de cinquième mandat", annonce par exemple l’un d’entre eux. Les supporters rivaux marchent même main dans la main. L’ambiance du stade s’exporte. Avec les chants, oui, mais aussi avec les fumigènes, pour apporter encore plus de couleur aux manifestations.

Un genre artistique grâce aux ultras

À défaut d’avoir réellement apporté aux manifestants leur expertise en terme d’organisation, "les ultras algériens ont davantage donné un genre artistique aux forces d’expression", souligne auprès de l'AFP Mahfoud Amara, professeur de sciences sociales et de management du sport à l’Université du Qatar.

"Il y a eu une récupération mercantile de ces chants de supporters par des maisons de production, en produisant des CD qu'on peut entendre même dans les mariages, poursuit le chercheur algérien. Cela a aussi contribué à ce que ces chants traversent la société et se démocratisent en allant en dehors du stade. C'est quasiment devenu un genre musical en Algérie."

Entre dénonciation et rêve d’une vie meilleure

"De manière générale, nos chants arrivent dans la rue car ils touchent directement le cœur de nos jeunes, expriment leurs rêves d’une vie meilleure et dénoncent le pouvoir mafieux algérien", résume ainsi le groupe de supporters "Ouled el-Bahdja", dont le chant devrait encore résonner dans les rues d’Alger.

Florian Perrier