RMC Sport

Allemagne: Gündogan et Can rappelés à l’ordre après leur "like" du salut militaire turc

Emre Can  (à droite)

Emre Can (à droite) - AFP

Ce week-end, Ilkay Gündogan et Emre Can, deux internationaux allemands d’origine turque, ont "liké" sur la photo postée par Cenk Tosun à la gloire de l’armée turque, passée à l’offensive en Syrie. Leur Fédération n’a pas vraiment apprécié et leur a fait savoir.

Leur "like" du salut militaire turc effectué vendredi dernier dans la victoire de la Turquie contre l’Albanie, a provoqué un tollé. Et les réprimandes de la part de leurs dirigeants ont été assez rapides. Ce lundi, alors que la France affronte la Turquie dans un contexte géopolitique tendu et sous haute surveillance, la Fédération allemande a affiché sa fermeté à l’encontre d’Ilkay Gündogan et d’Emre Can.

Les deux Allemands, d’origine turque, avaient en effet "liké" le poste de Cenk Tosun, où, en légende d’une photo montrant les Turcs faire un salut militaire, qui fait l'objet d'une enquête de l'UEFA, l'attaquant déclarait dédier ce geste "pour notre nation, et surtout pour ceux qui risquent leur vie pour notre pays". 

"Nous avons parlé avec les joueurs après le match" contre l’Estonie, où Gündogan a d’ailleurs été double buteur, a déclaré Olivier Bierhoff, l’un des dirigeants de l’équipe nationale. "Ils savent aussi qu'ils ont fait une erreur", a-t-il ajouté. "Ils doivent avoir conscience de leur responsabilité et de l'effet que chacune de leur déclaration ou action peut provoquer, surtout sur les réseaux sociaux."

Déjà une polémique avec Ozil en 2018

Dimanche, Gündogan s’était expliqué à l'agence SID, filiale sportive de l'AFP, affirmant qu’il avait immédiatement pris la mesure de son geste: "J'ai retiré mon like lorsque j'ai vu que cela pourrait être interprété politiquement. Croyez-moi, après ce qu'il s'est passé l'an dernier, la dernière chose que je voulais c'était donner un signal politique."

Le milieu de Manchester City fait référence à l’été 2018, lorsqu’il avait déjà été, avec Mesut Özil, lui aussi d’origine turque, au coeur d'une vive controverse avant le Mondial en Russie pour avoir posé avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

F.Ga avec AFP