RMC Sport

Barton : 9 choses à savoir depuis l’OM

Joey Barton

Joey Barton - -

De retour en Angleterre, Joey Barton n’en a pas pour autant perdu ses habitudes. Un tacle sur Ferguson, un autre sur la sélection anglaise, une bouteille dans la tête et un coup de taser sur une femme de chambre. Une fin d’année bien remplie quoi.

Une bouteille en pleine tête et un hommage à Cantona

Il y a des défaites qui font plus mal que d’autres. Et celle des Queens Park Rangers à Burnsley pour le compte de la 13e journée de Champonship fut particulièrement douloureuse pour Joey Barton. D’abord parce que perdre 2-0 face au leader du classement a tendance à vous remettre méchamment à votre place. Ensuite parce que prendre une bouteille dans le crâne peut vous laisser quelques sanglants souvenirs. C’est ce qui est arrivé au milieu de terrain anglais à la 69e minute de jeu, le 26 octobre dernier à Turf Moor. Sonné, mais pas au point d’en oublier ses talents de « punchliner », Barton sort alors son compte Twitter et prévient : « Le prochain, je le Canto-nise », référence au coup de pied spectaculaire envoyé par le Français à un supporter adverse lors de ses années mancuniennes. Avant de préciser qu’il s’agissait, bien sûr, d’une blague et que ce genre de comportements faisaient « malheureusement partie du foot moderne ». Joey a la tête plus dure que la dent. Bon à savoir.

The next one is getting Cantona-ed...
— Joseph Barton (@Joey7Barton) October 27, 2013
That was a joke before anyone starts flipping. Really not that arsed. Part of the modern game. Sadly. #joke
— Joseph Barton (@Joey7Barton) October 27, 2013

Il s'est inscrit à la fac

Fou de Nietzche, dont il tweete régulièrement certains des plus célèbres aphorismes, Joey Barton a décidé de passer à l’acte, pensant sans doute qu’il n’est point besoin d’être un surhomme pour occuper ses journées de footballeur par un peu d’études. Résultat, l’ancien Marseillais est désormais inscrit à la Roehampton University, dans laquelle il prend des cours de philosophie toutes les semaines. Un acte dont le courage semble évident lorsqu’on se souvient des méchancetés balancées par Barton sur le pauvre Justin Bieber il y a quelques mois et que les camarades de classe du footeux ne manqueront pas de lui rappeler. On a beau être anglais, tacleur, ancien détenu et alcoolique réformé, rien ne vous prépare jamais à ça. On lui souhaite bonne chance.

Il a changé (la couleur de ses lacets)

S’il y a bien une chose sur laquelle Barton est inattaquable, c’est son engagement en faveur des droits des homosexuels. Au point qu’il a profité de son retour en Angleterre pour participer activement à la campagne Rainbow laces (également soutenue par Olivier Giroud entre autres célébrités) qui visait à faire porter des lacets couleur arc-en-ciel à tous les joueurs de Premier League afin de sensibiliser le foot britannique sur cette question parfois difficile. Tellement que l’initiative fut finalement très peu suivie.

A tasé une femme de chambre

L’enseigne de paris en ligne déjà responsable du financement de la campagne pro-gay mentionnée plus haut (Paddy Power) a profité de ses bonnes relations avec Barton pour en faire la guest star d’un de ses spots publicitaires. On est sur quelque chose d’amusant, peu fin et franchement destiné à choquer dans un premier temps, pour faire parler dans un second. Parfait pour Joey.

Il a juré ne pas jouer en Championship

Joey Barton ne voulait pas quitter Marseille. Pire encore, il ne voulait certainement pas quitter Marseille pour se retrouver en Championship, la seconde division anglaise. Il l’a d’ailleurs fait savoir le plus clairement du monde, le 9 avril dernier sur Twitter : « Des gens bizarres pensent que je jouerai en Championship la saison prochaine. Elle est bonne ! QPR va peut-être descendre, pas moi #Fait » Barton tweete vite. Trop vite parfois.

Some strange people think that I'll be playing in the Championship next season.

... avant de jouer en Championship

Sauf que dans la vie, on n’a pas toujours ce qu’on veut et que malgré sa promesse, Joey Barton a dû se résoudre à descendre d’un étage. Aujourd’hui titulaire dans le milieu de terrain d’Harry Redknapp, Joey peut toutefois espérer un retour express parmi l’élite, puisque QPR est actuellement 3e au classement.

Il a voulu aller à Everton

Vous vous souvenez de la campagne « Twitter » menée par Barton avant son arrivée à Marseille ? L’Anglais s’amusait à tweeter en français, faisant connaitre, chaque jour un peu plus, ses envies phocéennes. Eh bien le natif de Liverpool a essayé la même chose cet été pour rejoindre Everton, son club de cœur. D’abord des rumeurs, puis ce tweet « Once a Blue… » (« un jour Blue », référence à la couleur de maillot des Toffees) et enfin l’assurance donnée de ne demander que 50% de son salaire habituel pour l’honneur de porter le maillot de son enfance. Mais si l’argent ne fait pas le bonheur, il ne fait pas non plus les transferts.

Il a éliminé l'Angleterre de la Coupe du monde

L’histoire d’amour entre Joey Barton et sa sélection nationale est de celles qui n’ont pas duré. Une petite apparition et puis la rupture. Une vilaine séparation, suivie de coups de gueule et de crises de nerfs que n’a toujours pas avalée l’amoureux déçu qui déclarait, début octobre, que l’Angleterre n’avait aucune chance de remporter le Mondial brésilien. « Oublions le Brésil. Nous ne gagnerons jamais. Le fait est qu’il y a six ou sept équipes meilleures que la nôtre et que le climat est contre nous. »

il a taclé Fergie après sa retraite

Rares furent les commentaires négatifs au sujet d’Alex Ferguson au moment de l’annonce de sa retraite. Tout le monde acclame, tout le monde applaudit, le genre de contexte idéal pour se faire remarquer un peu en nageant à contre-courant. Ça tombe bien, c’est la spécialité de Barton, qui a tenu à calmer un peu la pluie d’éloges faite à l’Ecossais depuis son départ. « Je ne veux pas manquer de respect à Fergie. (…) C’est un grand manager, une icône, l’apogée du management britannique. Mais il n’aurait pas pu diriger une séance d’entraînement si sa vie en dépendait. J’ai parlé à des gens à son sujet et il savait à peine où poser les plots. Ce n’est pas un coach, c’est un manager. Il y a une grande différence entre les deux. »

A lire aussi : 
>> Barton : « Je n'ai pas perdu l'espoir de revenir à l'OM » >> En vidéo : Barton tase une vieille dame >> En vidéo : Barton prend une bouteille en pleine tête

RC