RMC Sport

Bras de fer en vue ?

Frédéric Thiriez

Frédéric Thiriez - -

Entre une Ligue désireuse d’aller vite et des présidents des clubs professionnels nettement moins pressés, les avis divergent sur la préparation de la renégociation des prochains droits TV. Explications.

Jean-Michel Aulas, Michel Seydoux, Jean-Claude Dassier ou Gervais Martel. Les plus grands pontes du football français ont fait le déplacement ce jeudi au Renaissance, un luxueux hôtel du 16e arrondissement de Paris. L’enjeu immense des droits TV, qui arrivent à échéance en 2012, a attiré la foule des grands jours. Le retrait acté d’Orange en 2012 oblige désormais la Ligue de football professionnel (LFP) et les clubs à trouver une nouvelle source de financement, si possible à hauteur des 203 millions d’euros, voire plus, investis par l’opérateur téléphonique pour la nouvelle période des droits 2012-2016.

Pris de panique, Frédéric Thiriez président de la LFP a émis l’idée de reprendre complètement la chaîne Orange Sport d’ici à deux ans. Il veut aller vite et souhaite imposer un échéancier aux présidents de clubs pour créer un électrochoc. Surtout, il souhaite opposer à Canal + une concurrence visant à faire grimper les prix. Les présidents de clubs ne veulent pas de cette stratégie. Désireux de ne pas se substituer aux diktats de la Ligue, ils s’organisent pour proposer un projet alternatif. « La chaîne de la Ligue, c’est Fantomas ! », a même déclaré Gervais Martel, le président lensois, de manière très ironique.

Aulas espère au moins 800 millions d’euros en 2012

Lors de cette réunion de l’UCPF, une feuille de route a été établie pour préparer l’appel d’offres programmé pour la fin de 2011. Michel Seydoux, le président de la Commission marketing de la Ligue et du LOSC, a été mandaté par ses pairs pour travailler sur le dossier. Il va travailler avec un cabinet extérieur ainsi que certains de ses collègues issus du monde audiovisuel pour ficeler le meilleur dossier possible.

« Nous avons des options différentes mais le but de la Ligue et des clubs est de faire le meilleur appel d'offres possible », confie le dirigeant lillois. Les présidents se disent persuadés d’obtenir autant, voire plus, que les 668 millions d’euros par saison actuels. Plusieurs axes de travail sont en cours : mieux vendre le produit foot et diffuser en « premium » plus de matchs, casser les horaires, conceptualiser davantage. Pour cela, ils pourraient s’inspirer de ce qu’il se fait en Angleterre ou en Italie. Lors du dernier appel d’offres, les clubs italiens ont obtenus près de 800 millions d’euros.

Jean Michel Aulas l’assure : « Il faut faire un travail de réflexion comme l’ont fait tous les grands pays d’Europe en matière de football. Il faut que les clubs s’organisent pour présenter le meilleur produit et le valoriser au plus haut. Mais pas sous la contrainte et pas de manière précipitée. J’ai souvent le président Thiriez au téléphone. On va se voir prochainement. J’ai toute confiance en lui pour mener la Ligue, et toute confiance en Michel Seydoux pour nous amener un appel d’offres qui soit à la hauteur de nos ambitions, c'est-à-dire entre 800 et 850 millions d’euros. » Le match a débuté.