RMC Sport

Cantona : « En Grèce, la crise prend le dessus sur tout »

Eric Cantona

Eric Cantona - -

En marge de l’avant-première de « Looking for Athènes », documentaire consacré à la rivalité Olympiakos-Panathinaïkos, l’ancien international français s’est confié au micro de RMC Sport. Second volet, à la veille d’Olympiakos-PSG : la situation du football grec dans un pays qui traverse une crise économique sans précédent.

Eric Cantona, qu'avez-vous voulu raconter dans « Looking for Athènes », sixième épisode de cette série documentaire consacrée aux rivalités dans les grandes villes de football (après Manchester, Istanbul, Barcelone, Milan et Buenos Aires) ?

Le but, c’est de raconter l’histoire de clubs très liés à l’histoire de la société en général. Pour nous, tout est important, en tant qu’humaniste évidemment, mais dans cet épisode la crise prend le dessus sur tout. Il y a un passage dans le documentaire où, dans un bar, des petits vieux disent qu’aujourd’hui il y a des choses bien plus importantes que le football : essayer de trouver de la nourriture pour leurs enfants, leurs familles. Cela a forcément plus d’importance qu’un simple match de foot.

Dans quel état avez-vous trouvé la capitale grecque ?

Très sincèrement, je ne pensais pas que l’on pouvait traverser une avenue en plein centre d’Athènes et voir, sans exagérer, 70% des magasins fermés. Pourtant, cela existe et ce n’est pas très loin de chez nous.

On voit dans le documentaire des traces des anciens sites des Jeux Olympiques de 2004...

Certains stades ont été faits pour les JO et sont fermés depuis, notamment le terrain de beach-volley. Des trucs qui ont couté des milliards et qui ont servi pour un mois… Après, on n’est pas obligé de ne faire que des compétitions. Un stade peut aussi servir à des écoles, à des associations ou à des jeunes plutôt que de le laisser rouiller sans que personne ne puisse y pénétrer.

« Pour l'Olympiakos, le plus grand match reste le Pana »

Vous le Marseillais de naissance, avez-vous trouvé des ressemblances entre Athènes et Marseille, ville fondée par des Grecs il y a 2600 ans ?

Non. Autant qu’entre Marseille et Budapest. En fait, je verrais bien (Jean-Claude) Gaudin maire d’Athènes, ça lui irait bien. Et surtout, ça nous permettrait à nous, Marseillais, de ne plus avoir Gaudin comme maire.

A quel accueil peut s'attendre le PSG mardi au Pirée face à l

Un accueil passionné. Ce sont des matches et des ambiances dans lesquelles les joueurs aiment jouer. Et puis en Ligue des champions, c’est encore autre chose. Même si je pense que le plus grand match de la saison pour l’Olympiakos reste celui contre le Pana. Plus fort qu’un match de coupe d’Europe, même si c’est important.

A lire aussi :

>> Cantona : « Ribéry mérite le Ballon d’Or »

>> Quand Cristiano Ronaldo pensait au PSG

>> Toute l'actualité du football

La rédaction