RMC Sport

Championship: deux joueurs de Cardiff en viennent aux mains pendant un match

Callum Paterson et Leandro Bacuna, équipiers à Cardiff, ont eu un accrochage des plus tendus mardi à l'occasion de la rencontre de Championship perdue à domicile contre Nottingham (0-1). Le manager des Gallois a évoqué l'incident avec légèreté après la rencontre.

Il y avait de la frustration pour les joueurs de Cardiff mardi à l’issue de la 35e journée de Championship. Les Gallois pouvaient revenir à trois points des places qualificatives en phases finales s’ils l’emportaient contre le Nottingham de Sabri Lamouchi. Ils se sont inclinés (0-1) et les voilà à six points. Le groupe a pris un coup sur la tête mais la gestion de la situation sportive ne sera peut-être pas le premier dossier des dirigeants et du staff pour le retour à l’entraînement. Deux joueurs de l’équipe se sont accrochés juste avant le coup de sifflet final.

Un front contre front et deux gestes violents

Callum Paterson, joueur écossais de 25 ans, et Leandro Bacuna, international curacien de 28 ans, avaient semblent-ils un différent à régler. Quelques secondes avant les poignées de mains de fin de rencontre, le premier s’est approché du second avec véhémence et lui a dit quelques mots. Ces derniers ne devaient pas être des plus amicaux car s’en est suivi un front contre front. Leandro Bacuna a repoussé le visage de Callum Patterson, lui mettant la main au cou. Heureusement, leur équipier Will Vaulks et d’autres joueurs les ont séparés. Les deux hommes n’ont pas échangé d’autres coups, se dirigeant finalement tous les deux vers les vestiaires.

Des câlins dans les vestiaires

En conférence de presse à l’issue de la rencontre, le manager de Cardiff Neil Harris a préféré minimisé l’incident. "Je n'ai rien à redire sur la passion, a-t-il déclaré dans des propos relayés par la BBC. J’aime la personnalité, j'aime le caractère, j'aime une mentalité de gagnants. Dans la chaleur du moment, je n'ai aucun problème avec cela. Dans le monde moderne, nous devons juste faire attention à le faire en public, sur le terrain. Cela pourrait être considéré comme quelque chose de plus important que ce qu'il est. Ce sont deux bons gars. Pato et Leo sont entrés dans les vestiaires en se câlinant".

JR