RMC Sport

Colombie: affaiblie par le coronavirus, une équipe joue avec 7 joueurs

En raison de plusieurs cas de coronavirus, l'équipe de Rionegro Aguilas s'est présentée dimanche avec seulement 7 joueurs sur le terrain face au Boyaca Chico, pour une rencontre comptant pour la première division colombienne. Le club de Rionegro s'est indigné du report refusé par les instances. Le match s'est interrompu après la blessure de l'un des 7 joueurs sur le terrain.

C'est un drôle de match qui s'est livré ce dimanche en première division colombienne. En raison de plusieurs cas de coronavirus, l'équipe de Rionegro Aguilas n'a présenté que 7 joueurs sur la pelouse au coup d'envoi pour une rencontre face au Boyaca Chico.

Le report du match a été demandé par le club de Rionegro en raison de 16 joueurs et quatre membres du staff infectés ces derniers jours par le coronavirus. Mais la ligue colombienne a refusé et face à la menace de sanctions sportives, Rionegro Aguilas a demandé à son gardien de l'équipe réserve de jouer en défense centrale pour pouvoir démarrer la partie. Avant le début de cette affiche forcément très déséquilibrée, les sept joueurs de Rionegro ont affiché des banderoles indiquant "D'abord la vie" et "fair-play", pour montrer leur opposition.

0-0 à la pause

Le plus dingue dans cette affaire est peut-être que ces 7 hommes ont tenu le 0-0 jusqu'à la pause, dans un système en 3-2-1. Rionegro Aguilas a fait le dos rond en défense avec une statistique incroyable de 14% de possession de balle, pour un tir cadré face à 14 tentatives adverses au cours des 45 premières minutes, pour 4 cadrées.

Le match n'a pas pu aller à son terme en raison de la blessure de Giovanny Martinez à la 79e minute. Dans la mesure où il faut au minimum 7 joueurs dans une équipe sur la pelouse, la partie a été stoppée par l'arbitre. Mais avant, Boyaco Chico a réussi malgré tout à marquer par trois fois.

C'est Carlos Bejarano, le gardien de Rionegro Aguilas, qui a été élu homme du match pour ses nombreux arrêts. "Nous devons féliciter tous les collègues pour cette partie", a déclaré le gardien. Mais avant le match, Bejarano regrettait la décision des instances, résumant ainsi l'ambiance générale. "Nous acceptons la décision de jouer le match mais il est clair que ce qui compte ici, c'est tout sauf notre intégrité et notre santé en tant que joueurs, fulminait le gardien. Nous sommes les sept qui partent en guerre."

GL