RMC Sport

Comment le Red Star prépare ses jeunes à l’après-football

Red Star

Red Star - -

Lors de chaque période de vacances scolaires, le club du Red Star, via des ateliers organisés par son "Red Star Lab", propose aux jeunes du club de découvrir gratuitement des activités artistiques et culturelles. En février, les U17 ont imaginé les vestiaires du futur stade.

Après cinq jours de travail, les six jeunes joueurs voient enfin leur projet prendre forme. Pendant toute la semaine, divisés en deux groupes de trois, ces U17 du Red Star ont imaginé, dessiné puis imprimé en 3D leur vestiaire de rêve. La maquette est sous leurs yeux. "Là ce sera les portes d’entrée. Ici, il y a le vestiaire avec la table. Il y a un jacuzzi et un espace de cryothérapie", présente Brenton. Salles d’échauffement, télévisions, gazon synthétique pour faire des pompes, ils ont tout pensé, aidés et conseillés par certains joueurs comme le gardien Paul Charruau: "On est passé leur donner des conseils sur ce dont nous on a besoin dans un vestiaire, car eux n’ont pas forcément connu de vestiaires dans un stade neuf. Non, je n’ai pas demandé le jacuzzi, rigole-t-il. Mais ils voulaient absolument le mettre. J’ai poussé pour la salle d’échauffement."

"Une dimension professionnalisante"

Des maquettistes professionnels ont accompagné les ados tout la semaine et les ont accueillis dans leur locaux. "Ils ont tout pensé, dessiné, découpé… C’était très intéressant car les jeunes ont plein d’énergie, on n’a pas vu passer la semaine!", détaille Edwin Toledo, le maquettiste qui a tout modélisé sur ordinateur avant d’envoyer à l’imprimante 3D. Pendant qu’un groupe termine de coller les petits tapis de courses imprimés avant de les placer dans leur vestiaire, Christelle Quillévéré supervise. Elle est responsable du Red Star Lab, "laboratoire culturel et artistique" mis en place par le club pour permettre aux jeunes de découvrir des activités artistiques et culturelles. "Il y a toujours une dimension professionnalisante dans mes ateliers, avec quelque chose de concret à produire. A la fin, ils sont contents pour autre chose qu’un petit pont! sourit-elle. Ils découvrent un métier qu’on peut lier au football, auquel ils ne pensent jamais. On a aussi fait danse, un voyage à Berlin pour les 30 ans de la chute du Mur ou encore un atelier styliste. »

Les futurs inventeurs des vestiaires de Bauer?

Le but: qu’ils puissent se tourner vers autre chose après leur formation s’ils ne réussissent pas dans le foot. "Tout le monde ne fait pas carrière, souligne Paul Charruau. Mais je pense qu’ils en sont conscients. Mais l’important c’est aussi de se dire ‘qu’est-ce que j’ai envie de faire?’. Et le fait de leur faire découvrir ce genre de métier, qui est malgré tout lié au sport, c’est super intéressant pour eux." Et ça marche. Les joueurs sont fiers et l’esprit de compétition est bien présent: un petit concours est organisé pour choisir la meilleure maquette. "Ça m’intéresse pour l’avenir", explique Lenny. "Pourquoi pas revenir faire un stage ici", dit Rayan.

Mais surtout, les vestiaires imaginés par les joueurs pourraient voir le jour, au moins en partie: les maquettes seront soumises à la direction du club et aux architectes dans le cadre de la rénovation du Stade Bauer, qui aura lieu cet été en cas de montée en L2. Ou pour la reconstruction du stade, prévue en 2024.

Valentin Jamin