RMC Sport

Ancelotti : « Je suis désolé »

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti - -

Carlo Ancelotti, l’entraîneur du PSG, en veut beaucoup à ses joueurs après l’élimination en quarts de finale de la Coupe de France ce mercredi soir face à Evian TG (1-1, 4 tab à 1). Pour l’Italien, ils ont fait preuve de suffisance.

Carlo, que vous inspire cette élimination ?

C’est une grosse déception, surtout à cause de l’attitude de l’équipe, qui n’a pas été bonne. On peut perdre un match. Mais nous n’avons pas eu de concentration, de caractère. Il y a eu beaucoup de suffisance. On a perdu beaucoup de ballons, raté beaucoup de passes. C’est une grosse déception.

Etes-vous en colère contre votre équipe ?

Oui.

Comment expliquez-vous cette prestation ?

Quelques fois, cette saison, quand l’équipe était focalisée, concentrée, nous avons fait de grands matchs, comme contre le Barça. Une semaine est passée, seulement, et la suffisance est arrivée. La saison n’est pas finie. Nous devons jouer tous les matchs à notre meilleur niveau. Ce soir (mercredi), c’était un désastre.

Votre pire match au PSG ?

Le pire, oui. Nous avons perdu des matchs mais l’attitude de ce soir est incroyable. Il arrivera quelque chose dans les prochains jours.

Cette équipe a vraiment du mal contre les petits…

C’est une équipe qui, quelquefois, perd sa concentration. Elle commence à jouer individuellement, à rater beaucoup de passes, à chercher à faire des choses difficiles. Ce n’est pas bon.

Est-ce trop fort de parler de honte ?

Je ne sais pas. Je suis désolé. C’est ma responsabilité. L’attitude de l’équipe n’était pas bonne. C’est la faute de l’entraîneur.

Avez-vous le sentiment que le doublé Coupe-championnat était moins important pour les joueurs que pour les dirigeants du PSG ?

Oui. Je pense que quelques-uns ont considéré le match comme facile. Tous les matchs sont difficiles, surtout en Coupe de France.

A lire aussi :

- Le PSG gâche sa fin de saison

- Courbis : « Zlatan, un cas vraiment rare »

- Laquait : « C’était écrit »

Propos recueillis par Loïc Briley