RMC Sport

Beckham enflamme Locminé

David Beckham

David Beckham - -

La signature imminente de la star anglaise met en ébullition le club breton de CFA2, premier adversaire du Paris SG en 2012, lors d’un 32e de finale de Coupe de France le 8 janvier à Lorient. Beckham ne sera sûrement pas du voyage. Mais il n’est pas interdit de rêver.

C’est un bourg paisible de 4200 âmes, son église, ses dolmens, sa cabine téléphonique anglaise qui ne laisserait sûrement pas insensible David Beckham. L’un des plus précieux sujets de sa gracieuse Majesté ne mettra jamais les pieds à Locminé, à mi-chemin entre Lorient et Ploërmel. Même si la star anglaise devait participer à ce 32e de finale, ce serait au Moustoir où le match a été délocalisé. Pour Hervé Laudic, le président de la Sainte-Colomban – le nom du club local -, la période est vraiment au conte de fées : « On a eu le PSG comme cadeau de Noël au tirage, on a maintenant Beckham pour les étrennes », s’enthousiasme-t-il. Mais, les pieds sur terre, il sait qu’il est hautement improbable de voir l’Anglais en Bretagne le 8 janvier : « Le problème, c’est que le PSG s’en fout du match de Locminé. Ils ont des priorités plus importantes, comme être champion de France. » Le bon sens près de chez lui.

N’empêche. Dès l’annonce du « oui » de Beckham à Paris, le buzz a été quasi immédiat : C’est bien face à Locminé que le PSG sans Kombouaré mais avec l’ancien milieu des LA Galaxy débu-tera cette nouvelle ère. Le président Laudic a bien compris qu’avec ou sans lui, les lumières seront braquées ce soir-là sur sa paroisse : « On risque même d’avoir des média d’outre-Manche. S’il joue, je serais très content. Tout ce qui apporte un aspect historique à ce match me réjouit. »

Le salaire de Beckham équivaut à plus de 3 saisons de Locminé

Pour la Saint-Colomban Locminé, 8e de son groupe de CFA2, ce sera le baptême face à une équipe de Ligue 1. Outre les écarts de divisions, d’autres chiffres marquent bien la différence entre deux mondes. Celui-ci par exemple : le salaire mensuel de Beckham (800 000 euros) équi-vaut à trois fois et demie le budget annuel du club (250 000 euros). Sans être le Petit Poucet de l’épreuve (il reste quatre équipes de DH), le tombeur de Vannes (L2) au tour précédent (2-1 a.p.) sait que son équipe et de sa charmante bourgade, « la plus petite ville au tirage », seront l’objet d’inhabituelles attentions. Déjà l’effet Beckham.

Silvère Beau (avec P.-Y.L.)