RMC Sport

Bekka, l’homme aux 100 buts

Rani Bekka, cannonier de la Jeanne d'Arc de Drancy

Rani Bekka, cannonier de la Jeanne d'Arc de Drancy - -

La Jeanne d’Arc de Drancy, tombeur de Boulogne au tour précédent, accueille Nice, mercredi (20h) à la Courneuve. Le club de CFA pourra compter sur son attaquant vedette, Rani Bekka, brancardier de métier et artilleur des pelouses.

La Jeanne d’Arc de Drancy, modeste club de CFA, compte dans ses rangs un attaquant hors-norme. Rani Bekka, 29 ans, a passé toute sa carrière depuis sa première licence dans le club de Seine-Saint-Denis. Au fil de ses buts, le joueur totem a franchi avec l’équipe banlieusarde les six catégories de l’Excellence à la CFA, l’équivalent de la 4e division. Bekka, il est vrai, ne vit que pour marquer. La saison dernière, il a franchi le cap du 100e but (115 aujourd'hui). Cette saison, la formation du président Alain Melaye se débat pour assurer son maintien (12e sur 17) mais joue les Petits Poucets en Coupe de France.
Tombeur de Boulogne au stade de la Libération (1-0), Bekka et ses coéquipiers vont essayer de poursuivre leur rêve éveillé face aux Aiglons d’Eric Roy. L’attaquant, brancardier au Centre cardiologique Nord de Saint-Denis, ne vit plus que pour ce rendez-vous qui peut leur ouvrir les portes du Top 8 de l’épreuve. « Au boulot, on me dit de m’entraîner, de faire des pompes, de manger de la salade niçoise, parce qu’ils savent que face à Nice ça va être costaud, physique ! » Ses collègues connaissent le phénomène : quand il ne s’entraîne pas avec le groupe, Bekka ouvre un container dans l’arrière cour de l’hôpital et soigne ses tirs.

« On me croyait fini, mais je ne suis pas mort ! »

Victime d’une triple fracture au bras en 2007, l’attaquant a bien failli ne jamais rechausser les crampons. Un an et demi plus tard, il est pourtant revenu plus efficace que jamais. « On me croyait fini, mais je ne suis pas mort », dit celui qui fait la tête quand on lui retire l’opportunité de tirer un coup franc. « Même si ce n’est pas moi qui marque, je m’en fiche, un but à la 92e comme à Boulogne, ça me va », lance-t-il beau joueur.

Louis Chenaille (avec C.Z.)