RMC Sport

Bordeaux, le vert du désespoir

-

- - -

Les Girondins ne se sont pas imposés à Saint-Etienne depuis 2007. Avant un nouveau déplacement à Geoffroy-Guichard samedi (20h45) pour la principale affiche des 32e de finale de la Coupe de France, le club aquitain veut conjurer le sort.

« On en a marre de perdre contre Saint-Etienne ! » Jean-Louis Triaud n’a jamais été adepte de la langue de bois. Lorsque le tirage au sort des 32e de finale de la Coupe de France a désigné Saint-Etienne comme adversaire des Girondins, le président aquitain n’a pas sauté au plafond. Voilà quatre ans et demi que son club ne s’est pas imposé dans le Chaudron. Et ce ne sont pas les oppositions qui ont manqué (six depuis le 22 avril 2007). Seulement voilà, les Bordelais n’ont jamais réussi à trouver la faille face aux Stéphanois. Jean-Louis Triaud soupire : « C’est fou ! Il y a des tirages après lesquels rien ne marche. On prend des buts à la dernière minute, on tire un pénalty sur les poteaux… »

Gillot : « Saint-Etienne, c’est costaud ! »

Plus inquiétant encore : les Verts ne réussissent pas non plus aux Girondins au stade Jacques Chaban-Delmas. Saint-Etienne s’est ainsi imposé en Gironde lors du match d’ouverture de la saison en championnat (1-2), avant de récidiver moins d’un mois plus tard à Geoffroy-Guichard (3-1) en 16e de finale de la Coupe de la Ligue. Désespérant. Et surtout pas rassurant même si l’ASSE a déjà chuté deux fois à la maison cette saison : « Saint-Etienne, en ce moment, c’est costaud, assure Francis Gillot, l’entraîneur bordelais. On doit absolument passer en 16e de finale pour avoir un autre objectif que le championnat. » Dixième à sept points de l’équipe de Christophe Galtier, Bordeaux n’a plus que la Coupe de France pour rêver d’un titre. Mais avant de penser à une éventuelle finale au Stade de France, les partenaires de Cédric Carrasso devront d’abord vaincre la malédiction verte. Enfin.