RMC Sport

Bourgeois a occis Auxerre

Maxime Bourgeois

Maxime Bourgeois - -

Auteur d’un doublé ce samedi, l’international français des moins de 20 ans a été le grand artisan de la qualification de Châteauroux pour les huitièmes de finale de la Coupe de France (2-1). Un beau clin d’œil pour un joueur prêté par… l’AJA !

En pénétrant sur la pelouse de l’Abbé-Deschamps avec le maillot de Châteauroux, Maxime Bourgeois a dû éprouver une drôle de sensation. Quand un peu plus de trente minutes plus tard, l’attaquant de 20 avait déjà deux buts à son compteur, c’est tout le staff auxerrois qui n’a pas dû en croire ses yeux. Prêté cet été dans le Berry, le natif de Sucy-en-Brie a parfaitement réussi son retour à Auxerre, confirmant son excellent début de saison (8 buts en 19 matchs de Ligue 2). Pourtant, Bourgeois n’était pas censé tenir le rôle du buteur au sein de l’effectif castelroussin. « Au départ, il devait jouer sur le côté gauche mais je manquais un peu de vitesse devant, donc je l’ai repositionné à Lens. Cela fait quatre matchs et il en est à six buts. Quasiment à chaque fois il fait un doublé, donc c’est bien », explique Didier Tholot, son entraîneur.

Conscient du danger que représentait le joueur formé à l’AJA, Gérard Bourgoin, le président icaunais, a tenté un coup de bluff en demandant à Patrick Le Seyec, son homologue de la Berrichonne, si une clause existait pour qu’il ne joue pas cette rencontre. « Il n’y avait pas d’accord et puis Max est venu chez nous pour avoir du temps de jeu, lance l’entraîneur du 14e de la L2. C’est la loi du marché. Il s’est engagé pour progresser avec nous. Il a fait son boulot et il faut le féliciter par rapport au contexte. »

Tholot : « Beaucoup de jeunes n’ont pas ce tempérament »

Lancé en Ligue 1 par Jean Fernandez en octobre 2009 face au Paris Saint-Germain (0-1), l’international français des moins de 20 ans n’a ensuite pas réussi à s’installer durablement dans le onze auxerrois. Son principal fait d’armes sous le maillot de l’AJA reste à ce jour sa passe millimétrée sur la tête de Cédric Hengbart, pour le but décisif face à Sochaux (2-1) qui a envoyé le club icaunais en Ligue des champions, lors de la saison 2009-2010.

Conscient qu’il aurait encore du mal à avoir du temps de jeu cette saison en Bourgogne, Bourgeois n’a pas hésité lorsque Châteauroux s’est manifesté. Un état d’esprit loué par Didier Tholot : « Il a choisi la solution d’aller en Ligue 2 pour s’aguerrir. Je crois que beaucoup de jeunes n’ont pas ce tempérament d’aller en L2 pour progresser et revenir plus fort dans leur club après. C’est tout à son honneur. » Si Châteauroux savoure, Auxerre s’en mord les doigts.