RMC Sport

Coupe de France : Avranches croque les Merlus

La joie des joueurs de l'US Avranches

La joie des joueurs de l'US Avranches - AFP

Cinquième de National, l’US Avranches a réalisé le premier exploit des 32es de finale de la Coupe de France en sortant Lorient (1-0), un pensionnaire de Ligue 1. Le club bas-normand se qualifie pour la première fois de son histoire pour les 16es.

Jusqu’ici, la journée manquait d’exploits. De ces belles histoires de David terrassant Goliath qui font la magie de dame Coupe. Le Club Franciscain ? Laminé à Nantes (4-0). Les Saint-Maur Lusitanos ? Dominés par Reims (1-3). Bobigny ? Battu par Evian-TG (0-3). On avait fini par croire à un samedi sans exploit. Mais l’US Avranches est arrivée. Cinquième du championnat National, où il vient tout juste de remonter cette saison mais semble déjà en mesure de se mêler à la lutte pour la montée en Ligue 2, le club bas-normand a créé la sensation en disposant du quinzième de L1, Lorient (1-0).

Au stade René-Fenouillère, les locaux ont ouvert le score par l’intermédiaire de Maguette Diongue (59e) avant de résister au courage jusqu’au coup de sifflet final malgré l’exclusion pour carton rouge d’Ali Keita dans les dix dernières minutes. Avec ce succès, Avranches atteint les seizièmes de finale de la Coupe de France pour la première fois de son histoire. De quoi rêver à un parcours à la Quevilly, finaliste de la compétition en 2012 alors que le club évoluait en National ? On en est encore loin. Mais les Avranchois – ou Avranchinais, selon les sources – peuvent déjà être fiers de leur premier exploit.

« On fait un très bon début de saison, c’est la cerise sur le gâteau »

En est-il vraiment un, d’ailleurs ? Voir une bonne équipe de National poser des problèmes sur 90 minutes, et à domicile, à une formation en difficulté en Ligue 1 ne paraît finalement pas si incroyable. Surtout dans le cadre de la Coupe. Une forme de logique que l’on retrouve à écouter les réactions des héros, heureux mais qui n’en font pas des tonnes non plus, comme si la chose était normale ou presque. « On fait un très bon début de championnat en National. C’est la cerise sur la gâteau de sortir une L1, explique le gardien Anthony Beuve. Ce n’est jamais arrivé dans l’histoire du club. C’est du bonheur pour cette équipe. On n’a pas encaissé de buts, ni concédé beaucoup d’occasions. On a toujours une carte à jouer sur un match, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Les supporters attendaient ça depuis un moment. On ne pouvait pas ne pas le faire pour les gens ici. Ça peut nous porter pour la suite en championnat pour nous maintenir et ensuite, on ne sait jamais, pour monter en L2. »

Plus expressif, le buteur laissait éclater sa joie au moment d’analyser ce succès. « C’est un très grand moment pour moi, le club, les supporters, toute l’équipe, lance Diongue. Aller en seizièmes de finale, c’est quelque chose… Du bonheur, quoi ! On a fini à dix contre onze mais on a réussi à tenir au mental. On a bien géré ces dix dernières minutes. Il ne fallait surtout pas relâcher les efforts et c’est ce qu’on a réussi à faire. Dans la tête, quand j’ai marqué, c’était un peu la folie. Mais le plus dur restait à faire et heureusement, on a su gérer. On a eu trente secondes de petit moment d’euphorie et après on s’est tout de suite remis dedans. On a une soirée prévue pour fêter ça. Mais on va garder le lieu secret ! » Il pourrait encore servir lors des prochains tours…