RMC Sport

Coupe de France: la L1 déroule, des débordements sur Athlético Marseille-Rennes

Deux victoires par cinq buts d'écart, un match Athlético Marseille-Rennes étonnamment disputé, mais aussi perturbé par quelques incidents dans les dernières minutes: les 16es de finale de Coupe de France de ce dimanche après-midi ont été animés.

Dix-sept buts en quatre matchs, des valises, quelques bijoux et des fumigènes. Les 16es de finale de Coupe de France programmés ce dimanche après-midi ont offert un spectacle plutôt inattendu. Et à la fin, les "gros" sont passés.

A la Mosson, Montpellier a ainsi écrasé le Caen de Pascal Dupraz, actuel 15e de Ligue 2. Malgré vingt premières minutes sérieuses, les Normands se sont fait doucher par un penalty de Savanier (1-0, 24e) et... se sont effondrés. Non seulement le Stade Malherbe en a pris deux de plus avant la pause (37e, 40e), mais il s'est retrouvé à dix après le deuxième jaune de Pi en fin de première période (43e). Mollet et Delort ont conclu le festival (59e, 64e).

A Dijon, le duel de L1 entre le DFCO et Nîmes n'en était un que sur le papier... Bernard Blaquart avait ainsi aligné une équipe bis, et logiquement, les Gardois se sont eux aussi fait botter le derrière, en prenant quatre buts rien que dans le dernier quart d'heure (5-0). Mavididi a notamment signé un doublé pour les locaux (79e, 89e).

Fumigènes et jets de bouteilles à la fin d'Athlético-Rennes

Angers, de son côté, a su ne pas prendre de haut le FC Rouen, pensionnaire de National 2 (4-1). Si Sidibé a redonné de l'espoir aux Normands après l'ouverture du score d'Alioui (1-1, 13e), les Angevins ont vite repris leur marche en avant, et se sont imposés avec au passage une superbe reprise de volée d'El Melali (19e).

Finalement, le match le plus disputé a été celui opposant les deux formations avec le plus de divisions d'écart: celui entre l'Athlético Marseille (N3) et Rennes (0-2). Face à une équipe des quartiers nord ambitieuse, et pas du tout bloquée par l'enjeu, les hommes de Julien Stéphan ont dû s'en remettre à un bon Edouard Mendy, et à un certain sens du réalisme. Traoré a ouvert le score d'une énorme demi-volée (23e), et Raphinha a mis les Bretons à l'abri juste avant la pause (45e+2) en profitant d'une erreur adverse.

Les dernières minutes de la rencontre, qui se jouait dans le venteux stade Parsemain de Fos-sur-Mer, ont toutefois été perturbées par quelques débordements en tribune. Dans l'ultime quart d'heure, l'arbitre a d'abord interrompu les débats une première fois après le craquage de fumigènes et le jet d'une bombe agricole. Et lorsque le jeu a repris, c'est cette fois le jet de bouteilles sur la pelouse qui a contraint l'officiel à renvoyer les acteurs aux vestiaires, et poussé Mamadou Niang, directeur sportif de l'Athlético, à calmer les supporters. Après dix nouvelles minutes d'interruption, la partie a pu se finir dans un calme relatif.

CC