RMC Sport

Di Meco : « Les supporters ne peuvent pas oublier »

-

- - -

Consterné par la performance de l’OM mardi soir lors de la défaite face à Nice (5-4) au Vélodrome en 16e de finale de Coupe de France, Eric Di Meco a profité de son passage dans le Moscato Show pour dire leurs quatre vérités aux joueurs de José Anigo.

Eric Di Meco ne s’y attendait pas. Certes, il savait l’effectif marseillais limité, mais n’envisageait pas un tel renoncement au moment de prendre le virage le plus important de la saison. Pour le membre de la Dream team RMC Sport, certaines défaites sont plus graves que d’autres et celle face à Nice laissera des traces. « Les supporters de l’OM que je connais ne sont même plus en colère… Ils sont résignés, ils subissent. Ils regardent les matches d’un œil, explique notre consultant foot. On sait que le talent coûte cher dans le football, c’est vrai. Mais tu peux avoir une équipe possédant un peu moins de talent, mais qui montre un minimum de capacité d’engagement.

Mardi soir face à Nice (défaite 5-4 de l’OM au Vélodrome, ndlr), Neal Maupay, jeune attaquant de 17 ans, a bougé la défense de Marseille à lui tout seul. Il les a littéralement mangés ! A 17 ans ! Je ne pensais pas que tu pouvais te faire humilier comme ça par Maupay et Bosetti, des gamins de 17 à 20 ans. Les supporters ne peuvent pas oublier ce qu’ils ont vu hier soir. Ils ont tous vu la même chose. : des mecs se faire bouger comme jamais sans avoir aucune réaction. »

« Quand tu te fais trimballer comme ça

« La révolte, c’est d’abord un processus individuel. Quand tu te fais trimballer comme ça, tu ne l’acceptes pas normalement. Hier soir, les défenseurs de l’OM avaient l’air de se croire trop forts pour prendre Maupay au marquage… En attendant, le petit jeune leur a tourné cinq fois autour avant qu’ils n’aient même le temps de se retourner… Je ne sais pas ce qu’il va se passer désormais. Le match face à Nice peut pourrir la fin de saison de l’équipe. Et surtout, pour faire venir les supporters au stade, il va falloir les payer maintenant. »

A lire aussi :

>> Nice au bout de la folie

>> Anigo veut « des hommes »

>> Fernandez : « Anigo avait aligné son onze-type...»

Eric Di Meco