RMC Sport

Evian tient sa première finale

Evian TG

Evian TG - -

Faciles vainqueurs de Lorientais totalement dépassés (4-0), les Haut-Savoyards se qualifient pour leur première finale de Coupe de France après avoir maîtrisé de bout en bout des Merlus bien moribonds.

His-to-ri-que! Trente-trois petites minutes auront suffi aux joueurs de Pascal Dupraz pour plier cette demi-finale de Coupe de France, la première que disputaient les Hauts-Savoyards et assurer leur présence au Stade de France le 31 mai prochain.

Dans un Parc des Sports d’Annecy survolté, les coéquipiers d’Olivier Sorlin ont su parfaitement profiter des errements défensifs des Bretons, pour concrétiser trois offensives après un peu plus d’une demi-heure de jeu. Une performance que l’ETG n’avait plus réalisée depuis leur rencontre face à Valenciennes en championnat, le 15 avril 2012. Soit un peu plus d’un an.

Le premier but (10e) ? Une finition parfaite de Ninkovic au sortir d’une combinaison avec Sagbo. Servi d’une superbe talonnade sur le côté droit de la surface lorientaise, le milieu offensif droit termine ensuite le travail d’un crochet déroutant sur son vis-à-vis avant d’ajuster tranquillement Lecomte (1-0). Le break, Evian le réalise à la 20e, à l’issue d’un corner prolongé par Tie Bi et repris victorieusement dans le but par Sagbo, libre de tout marquage, qui n’a plus qu’à pousser le ballon tranquillement dans les filets lorientais.

La bourde de Lecomte

Un coup de massue dont ne se relèveront jamais les joueurs de Christian Gourcuff, donnés largement favoris et vainqueurs de l’épreuve en 2002. Déboussolés, incrédules, les Bretons vont boire le calice jusqu’à la lie. Notamment, le malheureux portier Benjamin Lecomte. Déjà pas exempt de tout reproche sur le 2e but, car auteur d’une sortie au poing ratée, le dernier rempart des Merlus commet une incroyable faute de main (33e) sur un centre anodin de Sagbo – encore lui ! - à destination de Kévin Bérigaud et parfaitement exploité par ce dernier.

Incapables de réduire la marque, malgré le siège du camp haut-savoyard en seconde période, les Merlus vont même encaisser un quatrième et dernier but, suite à un parfait service de Tie Bi pour le jeune (21 ans) attaquant algérien Nadjib Baouia, à peine entré en jeu. De quoi faire chavirer de bonheur toute une région et laisser entrevoir des larmes de bonheur sur le visage de Pascal Dupraz. Le 31 mai, Evian aura rendez-vous avec son histoire. Elle s’écrira face à Troyes ou Bordeaux. Verdict dans la soirée de mardi prochain.

A lire aussi

L’actu de la Coupe de France

Troyes-Bordeaux : la fête prend l’eau

Troyes-Bordeaux reporté au mardi 14 mai