RMC Sport

Le bouquet final de Marlet

-

- - -

A 37 ans, l'ancien attaquant de l'OM a choisi de rejoindre cet été le Red Star, le club de ses débuts, pour finir sa carrière. Samedi, à l'occasion des 32e de finale de la Coupe de France, l'ex-international aura l'occasion de briller sur la pelouse du Stade de France. Pour la dernière fois ?

« Pour moi, la boucle est bouclée. Je termine ma carrière chez moi, au Red Star. C’est une belle histoire… ». Alors qu’on ne compte plus les joueurs à la recherche d’un dernier contrat juteux dans un pays exotique, Steve Marlet, 37 ans, a choisi le club de ses débuts, à Saint-Ouen, pour préparer sa sortie. En douceur. Le secret de sa longévité ? L’intéressé évoque « la passion ». « J’aime le ballon dans sa globalité, les séances athlétiques, la vie de vestiaire, les voyages en bus… ».

Lorsqu’il débute avec le Red Star, en 1989, André Ayew, qu’il croisera sans doute samedi au Stade de France, n’est même pas né ! La brillante carrière de ce joueur exemplaire aurait pu le mener vers un horizon plus doré que celui de la Seine Saint-Denis. Cela ne ressemble pas à un personnage qui se souvient avoir débuté avec le Red Star pour 1 500 francs par mois (environ 230€). « C’était une autre époque », rigole-t-il.

« On a un coup à jouer »

International tricolore capé à 23 reprises (6 buts), Steve Marlet a remporté deux Coupes des Confédérations (2001 et 2003). Il a longuement côtoyé les champions du monde 98. Il a aussi quitté l’OL en 2001, juste avant ses sept titres consécutifs. Avec Drogba, il a emmené l’OM en finale de la feue-Coupe de l’UEFA (défaite 2-0 contre Valence en 2004). « Aujourd’hui, je ne connais plus grand-monde à Marseille, excepté dans le staff, explique-t-il. Je ne sais pas si José (Anigo) sera là samedi soir. »

Celui qui a porté les couleurs de la formation olympienne entre 2003 et 2005 est de nouveau sous le feu des projecteurs. Une dernière fois, sans doute, à l’occasion de ce 32e de finale de la Coupe de France : « On a un coup à jouer, assure-t-il pourtant. Dans leur préparation, les Marseillais pensent peut-être au match de Lille en championnat (dimanche 15, ndlr). Peut-être que certains joueurs seront occupés par la CAN ou que Deschamps va faire tourner son équipe. Toutes ces circonstances font qu’on a peut-être une petite chance. Mais cela reste l’OM, un grand club. Et nous sommes les petits. » Ça tombe bien, finalement : la Coupe de France a toujours raffolé de ce genre d’histoires.