RMC Sport

Le PSG a de la réserve

-

- - -

Privé de nombreux cadres, le PSG n’a pas sourcillé pour assurer sa qualification pour les 8es de finale de la Coupe de France face à Toulouse (3-1). Place au choc en L1 face à Lille, dimanche (21h).

Les premiers tours de Coupes, le lot des réservistes. Mais à Paris, ceux-ci se nomment Gameiro, Verratti, Chantôme ou encore Van der Wiel. Ce 16e de finale face à Toulouse sonne comme une occasion de bousculer l’ordre qui s’est établi en l’absence de Zlatan, Thiago Silva, Thiago Motta ou encore Alex. Kevin Gameiro illustre parfaitement l’enjeu du soir pour les Parisiens. Message reçu en seulement huit minutes par l’ancien Strasbourgeois. Lavezzi déborde sur la droite, centre à terre vers son buteur esseulé au second poteau (1-0, 8e). Une mise en route idéale, rapidement contrariée par la réaction haut-garonnaise. Plus incisif que Van der Wiel dans les airs, Tabanou trompe Douchez d’une tête croisée (1-1, 18e). Un but justement accordé en deux temps après que l’arbitre assistant ait signalé à tort un hors-jeu.

Un accroc qui n’enraye pas la machine parisienne, pas encore vue aussi puissante en 2013. Blondel sauve d’abord le TFC sur une tête à bout portant de Pastore (36e). Sakho trouve ensuite le moyen d’envoyer sa tête sur le poteau à deux mètres du but (39e), Gameiro enroule son tir qui effleure la cage (39e) avant que le même attaquant ne manque son piqué face au gardien toulousain (42e).

Yago, l’offrande aux Parisiens

Plus précis en seconde période, les Parisiens font la différence… grâce à la défense visiteuse. Yago envoie son dégagement sur Ménez, entré à la pause à la place de Gameiro, touché à une cuisse, qui décale pour Pastore. « El Flaco » place une frappe puissante du gauche au ras du poteau (2-1, 48e). Un coup de main bienvenu qui ne minimise pas le mérite parisien.

Le break s’effectue ainsi logiquement. En contre, la meilleure arme parisienne après Zlatan. Ménez déboule sur la gauche, comprend l’appel croisé de Lavezzi et l’Argentin pique parfaitement son ballon face à Blondel (3-1, 66e). La tâche est accomplie et les esprits désormais tournés vers la réception de Lille, dimanche (21h).

Mathieu Idiart