RMC Sport

Le PSG gâche sa fin de saison

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic - -

Très emprunté, le PSG quitte piteusement la Coupe de France avec son élimination ce mercredi soir par Evian-TG (1-1, 4 tab 1). Ibrahimovic, Thiago Silva, qui ont raté leurs tirs au but, et leurs coéquipiers ne feront pas le doublé Coupe-championnat.

A l’heure où on croyait le PSG vacciné contre les accidents de parcours, les sorties de route et les dérapages incontrôlés, au moment où il avait gagné le respect de la Ligue 1 et de l’Europe toute entière après son élimination avec les honneurs face au Barça en Ligue des champions, il a connu une rechute mercredi soir au Parc des Sports d’Annecy. Une rechute aussi surprenante, alors que l’idée d’un doublé historique occupait les têtes parisiennes, que problématique, dans une période où, plus que jamais, l’avenir de Carlo Ancelotti fait l’actualité. Paris s’est fourvoyé en Haute-Savoie, sans que personne ne s’y attende donc et encore moins après l’ouverture du score – magnifique – de Pastore, finisseur parfait, avec la complicité fracassante de la transversale de Laquait, d’une action initiée par Beckham et relayée par Jallet (8e).

Mais après ce coup de génie, le PSG s’est éteint. Pas Evian, qui a joué au culot sa partition face à un adversaire certes remanié (Lucas et Sirigu absents, Lavezzi et Verratti sur le banc) mais plus fort sur le papier. Seulement sur le papier. Car ce n’était pas le PSG du Camp Nou, flamboyant et méritoire, ni celui du Stade de l’Aube, pas enthousiasmant mais suffisamment solide pour ne pas tomber le piège. Ce PSG a fini par glisser dans celui tendu par l’ETG, la faute à un Ménez sans éclats, un Beckham très vite dépassé et un Ibrahimovic auteur d’une frappe sur le poteau (57e) mais beaucoup trop régulièrement absent du débat. Au grand dam des siens. Car Khlifa a égalisé juste avant la pause (43e). Une minute après que Ménez ait sorti sur la ligne de… Laquait, une tête smashée d’Alex (42e) !

Thiago Motta expulsé

Paris, ensuite, n’a existé que par à-coups, retrouvant de façon parcellaire l’esprit Coupe de France, quand les joueurs de Pascal Dupraz, tout proches de faire se lever leur public sur une frappe de Bérigaud contrée in extremis par Matuidi (73e) ou sur la demi-volée qui a suivi de Sorlin (75e), ne l’ont jamais abandonné. La prolongation se présente et au terme du premier quart d’heure, Ancelotti choisit de sanctionner Pastore et de le remplacer par Verratti. Une erreur stratégique, car Thiago Motta exténué en fin de match, est l’auteur d’un mauvais geste sur Barbosa (119e). Sanction immédiate, carton rouge. Et tension sur la pelouse, où les esprits s’échauffent et Philippe Kalt finit par pousser Verratti… Paris, quelques minutes plus tôt, avait manqué de se libérer de l’étreinte par Lavezzi (112e).

Juste avant la loterie des tirs au but, c’est un coup franc juste au-dessus d’Ibrahimovic qui a failli soulager les siens (120e). Mais le PSG n’a pas échappé à la séance des tirs au but. Un exercice dans lequel il avait déjà échoué, au même stade, en Coupe de la Ligue face à Saint-Etienne. Un mauvais signe… que les protégés d’Ancelotti ne vont que confirmer. Quasi transparent durant toute la rencontre, Ibra bute sur Laquait. Thiago Silva, déjà maladroit dans le Forez, récidive en trouvant la transversale. Lavezzi, lui, marque. Mais ça ne suffit pas. Barbosa expédie l’ETG dans le dernier carré. Et précipite Paris par le fond. Quart de finaliste de Ligue des champions, très bien parti pour remporter son troisième titre de champion de France, le PSG s’est manqué en Coupe. Et a noirci le bon tableau, jusque-là, de sa saison. Le Camp Nou est loin…

A lire aussi

Courbis agacé par le match de Zlatan

Bordeaux file en demies

Les Verts resserrent les rangs

A.D