RMC Sport

Le Red Star veut fêter l’OM

Le Red Star 93

Le Red Star 93 - -

La venue de l’OM au Stade de France, samedi, pour le compte des 32e de finale de la Coupe de France contre le Red Star (20h45), suscite un énorme engouement dans la région parisienne. Et propulse le club de National sous le feu de projecteurs, lui qui ne demande que ça.

Les traits sont encore tirés. Les paupières un peu lourdes aussi. Et sur le bureau, c’est le défilé. Cartons, prospectus, écharpes. Un véritable ballet incessant. Trois mots seulement suffisent à enrayer cette mécanique de précision et à rendre vie au visage de Pauline Gamerre : Olympique de Marseille. « Tout le monde a dû annuler ses vacances, lâche avec le sourire la directrice générale du Red Star. La période n’était pas très propice à l’organisation d’un match comme ça en trois semaines. »

Pourtant son club l’a fait : répondre présent au 32e de finale événement qui l’opposera à l’OM, samedi prochain en Coupe de France. Comme le prouve à lui tout seul le capharnaüm sévissant sur le bureau de sa DG, le Red Star a dû s’employer pour être au rendez-vous. Vendues 10 euros pièce, 1 500 écharpes OM-Red Star ont été imprimées. Sans compter les fanions, les affiches et les programmes. De quoi mobiliser toutes les entités du club et bousculer les habitudes du vétuste stade Bauer, le siège administratif du club.

Imiter un jour l’OM

« Je pense qu’on va être très, très fatigué samedi soir à minuit…C’est une somme incroyable de travail, au niveau de la communication, de l’administratif, de la gestion de cet événement », poursuit Pauline Gamerre. Evénement oui, car si le club francilien a déjà remporté à cinq reprises la Coupe de France, son duel face à la formation phocéenne suscite une véritable effervescence dans la région parisienne. « On s’aperçoit qu’à cinq jours du match, on a réussi à provoquer une attraction populaire, se réjouit le président Patrice Haddad. Tout ça pour un match Red Star-OM. Tirer cette équipe est pour nous une chance inouïe. Je pense que ça va être une grande fête. On se rend compte que l’engouement est déjà là. »

Les chiffres le prouvent. Mardi, 30 000 billets pour le match avaient déjà été vendus. « Je viens de prendre ma place, souffle Dansoko Baba, un jeune étudiant en lettres modernes. On sera tous là pour soutenir le Red Star. Attention, Marseille, attention ! » D’autres, comme lui, se sont précipités au guichet du Stade de France, le lieu de délocalisation de la rencontre. Au point que la barre des 35 000 spectateurs pourrait être atteinte d’ici samedi. Un premier succès pour le Red Star, 18e du championnat de National et qui tablait au départ sur 20-25 000 personnes.

« Sur un match comme celui-là, on a un petit éclairage, une lumière qu’on n’a pas d’habitude en championnat, se réjouit Pauline Gamerre. L’apport qu’on aura sur ce match, c’est la lumière que cela apportera au club. Après, si on peut gagner un peu d’argent, tant mieux. » Désireux de rejoindre au plus vite l’élite – le club tablerait sur une présence en Ligue 2 en 2015 – et d’offrir un deuxième grand club à la capitale, le Red Star sait qu’il passe un oral de circonstance face à l’OM. Le « mini-clasico », comme aime l’appeler Patrice Haddad, aura donc aussi une portée symbolique. « L’OM est un club ancré dans la ville. Tout le monde vie pour l’OM, rappelle le président. Il a amené de grands joueurs, il joue en Ligue des champions. Il amène du rêve. J’espère qu’un jour, le Red Star pourra en faire autant. » Gagner samedi pourrait lui servir, qui sait, de coup de pouce.

Le titre de l'encadré ici

Haddad veut rencontrer Domenech|||

Le projet de Raymond Domenech de monter un deuxième club à Paris, quitte à reprendre, comme il le confiait lundi à l’antenne de RTL, une formation évoluant en CFA ou en DH, n’est pas passée inaperçue. Elle a même directement atterrie dans les oreilles du président du Red Star, Patrice Haddad, qui s’est montré très sensible au souhait de l’ancien sélectionneur des Bleus. « S’il est vraiment volontaire, cela ne peut faire que du bien au football francilien, a-t-il confié. On ne peut pas ne pas le rencontrer après de tels propos. Je provoquerai une rencontre avec lui. C’est un respect de son annonce. » Affaire à suivre.