RMC Sport

Noblet-Ancelotti : entraîneurs à tous prix

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti - -

Pour sa première en match officiel sur le banc du Paris Saint-Germain ce dimanche (17h30), Carlo Ancelotti aura pour vis-à-vis Didier Noblet, l’entraîneur de Locminé. Malgré un salaire 500 fois inférieur à celui de l’Italien, le technicien breton compte bien jouer un mauvais tour à son homologue.

Lorsqu’il accueille les entraîneurs visiteurs des équipes de CFA 2 au Stade municipal de Locminé, Didier Noblet ne croise pas beaucoup de photographes. A l’occasion des 32es de finale de la Coupe de France ce dimanche à Lorient (17h30), l’entraîneur du club breton devrait pourtant en voir une nuée s’approcher, au moment de sa poignée de main avec Carlo Ancelotti. Pas de quoi impressionner l’homme de 43 ans, adjoint de Stéphane Le Mignan à Vannes jusqu’à la montée du club en Ligue 2 (2008), qui a même pensé à engager la conversation avec l’Italien.

« Au niveau entraîneur, il n’y a pas beaucoup mieux à l’heure actuelle. J’ai envisagé d’apprendre l’italien pour lui dire deux mots, mais s’il me répond en italien, je vais être un petit peu embêté pour avoir une réplique », avoue-t-il avec le sourire. Même si l’objectif principal de son équipe est d’éviter la relégation en DH, Noblet compte bien marquer les esprits de Carlo Ancelotti, dont il a lu les principes de jeu dans le livre Secrets de coachs, avant même que l’Italien ne soit nommé au PSG. Et ce, même si les deux hommes n’évoluent pas dans la même catégorie.

Noblet : « C’est un petit peu indécent »

Agent informatique à la Mutualité sociale agricole (MSA) du Morbihan durant la journée, Noblet prépare et assure chaque fin d’après-midi l’entraînement de ses joueurs. Le tout pour un salaire de 1000 euros par mois versé par le club de Locminé. Bien loin des 500 000 euros mensuels touchés par le nouvel entraîneur du PSG. « Avec les difficultés que peuvent avoir au quotidien les Français, c’est un petit peu indécent, souligne-t-il. Après, si le PSG a les moyens de se payer un coach de cette valeur avec ce salaire, ça le regarde. Cela représente plus de deux fois le budget annuel du club donc cela nous laisse un peu pantois, mais ce n’est pas ça que je vais regarder. Je vais d’abord serrer la main d’un grand entraîneur. » Avec toutefois la ferme intention que l’ancien homme fort de Chelsea garde un mauvais souvenir de cette première rencontre avec la Bretagne.