RMC Sport

Paris passe par la petite porte

Pastore félicité par Sissokho et Nene après l'ouverture du score

Pastore félicité par Sissokho et Nene après l'ouverture du score - -

Le PSG a eu toutes les peines du monde à battre Locminé Saint-Colomban (CFA2) ce dimanche en 32e de finale de la Coupe de France. Au terme d’une prestation sans génie, le club de la capitale s’impose (2-1) grâce à une tête de Lugano dans le temps additionnel.

Carlo Ancelotti ouvre la haie d’honneur. Dans son sillage, c’est tout le PSG qui rend hommage aux joueurs de Locminé Saint-Colomban. Les amateurs bretons quittent la pelouse sous les applaudissements des leaders de Ligue 1. Une image dont ils se souviendront sans doute longtemps. Ce dimanche, les héros du Morbihan ont fait vacillé les stars de la capitale. Dans un stade du Moustoir en fusion, les pensionnaires de CFA 2 sont passés tout près de l’exploit.

La plus petite ville encore en lice en Coupe de France peut être fière de son équipe. Sans une tête salvatrice de Diego Lugano dans le temps additionnel (93e), Locminé aurait mérité de pousser Paris en prolongations. « Les dernières secondes sont tristes pour nous, mais c’est la première fois que je ressens autant de fierté et de bonheur après une défaite, résume Didier Noblet, l’entraîneur breton, sur RMC Sport. Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs. Ils ont été énormes. On ne s’est pas contenté de défendre. On a fait des choses. On ne pouvait rêver beaucoup mieux. »

Durant plus de 90 minutes, les amateurs ont tenu la dragée haute aux partenaires de Javier Pastore. Le meneur de jeu argentin a tout de même ouvert le score suite à un joli numéro (53e). Avant de faire preuve d’un relâchement incompréhensible au moment de conclure face au but vide (60e). Une suffisance qui aurait pu coûter cher aux Parisiens. A l’image de leur prestation sans complexe, les locaux sont allés chercher l’égalisation grâce à un penalty transformé par Abou Maiga (72e). Quelques minutes d’euphorie leur ont même laissé entrevoir le paradis… mais Lugano a ramené tout le monde sur terre, enlevant au passage une belle épine du pied d’Ancelotti. Pour sa première officielle avec son nouveau club, le technicien italien, veste de survêtement rouge sur le dos, a pu mesurer le travail qui l’attend.

Jallet : « Pas un grand match de notre part »

En l’absence de Kevin Gameiro et Jérémy Ménez (blessés), Guillaume Hoarau et Mevlüt Erding ont tour à tour prouvé à quel point le PSG est dépourvu de banc en attaque. « Ce n’était pas un grand match de notre part, reconnait Christophe Jallet. On l’a emporté dans la difficulté. On s’attendait à mieux. On a été pris à la gorge. On a eu du mal à construire notre jeu. Après l’ouverture du score, on aurait dû se mettre à l’abri. On n’a pas su le faire. Ça fait une semaine qu’on a changé d’entraîneur. Les automatismes ne vont pas arriver du jour au lendemain. On est en plein apprentissage. Le plus important, c’est de gagner des matches pour garder la confiance. » Une confiance qu’il faudra faire fructifier d’ici le tour suivant (les 21 et 22 janvier). Le PSG se déplacera à nouveau chez une CFA2, à Sablé-sur-Sarthe, en 16e de finale. Avec l’espoir d’offrir un visage beaucoup plus séduisant.

Le titre de l'encadré ici

Le tirage au sort complet des 16es de finale|||

Valence (CFA) – Evian TG (L1)
Dijon (L1) – Istres (L2)
Marseille (L1) – Le Havre (L2)
Limoges (CFA 2) – Drancy (CFA)
Sablé/Sarthe (CFA 2) – Paris SG (L1)
Nice (L1) – Rennes (L1)
Niort (Nat) – Orléans (Nat)
Valenciennes (L1) – Bastia (L2)
Auxerre (L1) – Châteauroux (L2)
Luçon (CFA) – Lyon (L1)
GFCO Ajaccio (Nat) – Troyes (L2)
Bourg-Péronnas (CFA) – Ajaccio (L1)
Compiègne (CFA) – Lille (L1)
Créteil (Nat) – Bordeaux (L1)
Tours (L2) – Montpellier (L1)
Quevilly (Nat) – Angers (L2) ou Monaco (L2)