RMC Sport

Toulouse souffre, Paris se rassure

Le leader du Top 14, De son côté, le Stade Français a mis fin à une série de trois défaites consécutives en venant à bout de Castres.

Fortune diverse hier soir pour les deux Stades engagés vendredi sur les terrains du Top 14 pour le compte de la 11e journée du championnat. Comme face à Toulon la semaine passée, Toulouse a souffert pour venir à bout de son adversaire. Il faut dire que Bourgoin, en mal de résultats, a aussi fièrement vendu sa peau sur son terrain. Mais les Berjalliens, qui avaient pourtant su faire douter les Rouge et Noir en début de partie, ont vite plié devant l’expérience adverse.

Gêné par la blessure de Tim Cowley (23e) et malgré la botte de Boyet, le CSBJ s’est fait surprendre par la vivacité de Donguy (23e) et, en toute fin de match, par la puissance de Kelleher (80e). Toulouse, en infériorité numérique en seconde période (carton jaune pour Michalak, 66e), est tout de même parvenu à s’imposer au forceps, profitant notamment du manque de réalisme adverse sur ses temps faibles pour signer sa 9e victoire de la saison.

A plusieurs kilomètres de là, Paris s’est rassuré aux dépens du Castres Olympique (19-12). Sur une pelouse glissante, les Parisiens, rapidement privés de Gasnier sur blessure, s'en sont remis principalement au jeu au pied de leur demi de mêlée Noel Oelschig. Les protégés d’Ewen McKenzie ont inscrit l'unique essai de la partie au quart d'heure de jeu sur une percée de Julien Arias qui bénéficie à l'arrière Djibril Camara.

Oelschig, qui avait ouvert le score sur pénalité dès la 4e minute, s’est chargé de maintenir les Castrais à distance en réussissant deux nouvelles tentatives avant la pause, contre deux pour l'arrière tarnais Romain Teulet (13-6). Le duel de buteurs s’est poursuivi après la reprise, Oelschig et Teulet ajoutant chacun six points. Le match a finit par perdre en intensité, une donne qui a fait le bonheur des Parisiens, qui ont su conserver leur avantage à leur marque sans trop de frayeurs.

La réaction de Guy Novès (entraîneur de Toulouse) : « Ce match ne se joue pas à grand-chose. On marque un essai, une pénalité, on loupe plusieurs pénalités. On n’arrive pas à se décrocher d’un adversaire qui tient le score par l’intermédiaire de pénalités issues de mêlées pénalisantes pour nous. La fin du match montre qu’on s’est bien repris et je pense que ce soir, la victoire est méritée tout simplement. »

La réaction de Christophe Dominci (entraîneur des arrières du Stade Français) : « La pluie avantagé Castres et son paquet d'avants très costaud. C'est dommage. On avait besoin d'enrayer cette mauvaise série pour ne pas être décroché. C'est chose faite et on est satisfait. »

La rédaction