RMC Sport

Bien vu, les Merlus

Joel Campbell

Joel Campbell - -

Dixième de Ligue 1 et douzième budget de l’élite, le FC Lorient parvient malgré tout à faire parler de lui dans les médias. Une mise en valeur qui résulte d’une stratégie basée sur une philosophie simple mais ambitieuse.

C’est une petite vague orange qui déferle sur la L1 actuellement. Pas forcément en haut du tableau, mais sur les écrans de télévision et dans les pages des quotidiens sportifs. Dixièmes du championnat, les Lorientais sont placés beaucoup plus haut dans le classement des clubs les plus en vue dans les médias (+ 114% lors des six derniers mois). Cinquièmes derrière les « intouchables » que sont le PSG, Marseille ou Lyon, les Merlus font parler d’eux. Un coup de projecteur amorcé par un homme : Loïc Féry, ambitieux président du club depuis 2009. « L’arrivée de Féry a tout changé », lance même Thierry Hubac, ancien journaliste nommé à Lorient pour faire connaître le club au travers des médias, « en amenant son carnet d’adresses ».

Hubac : « Les vraies valeurs du foot »

Directeur du service communication, Fabrice Devillers est lui aussi un des grands artisans de cette nouvelle notoriété. Mais plus que ces deux professionnels de la « com’ », Lorient fait surtout recette grâce à la philosophie de jeu prônée par Christian Gourcuff, son entraîneur. « On construit autour de la marque Christian Gourcuff, admet Devillers. Il faut mettre ça en lumière avant tout. » Mais lorsque la question lui est posée, le technicien breton refuse de se voir catalogué comme une marque. « Vous vous êtes trompé de personne, je ne suis pas le directeur marketing, lance-t-il avec le sourire. C’est flatteur mais je préfère avoir une belle image par le jeu. »

Le club morbihannais attire aussi les médias en raison de la qualité de ses infrastructures. Doté d’une pelouse synthétique qui favorise un jeu rapide et spectaculaire par tous les temps, Lorient va bientôt entamer les travaux d’un nouveau centre de vie, nommé « Cap Lorient ». Un outil capable d’encore mieux mettre en lumière le club breton et de permettre aux médias, selon Thierry Hubac, de « raconter des histoires simples, avec les vraies valeurs du foot. »

Alexandre Alain avec Xavier Grimault, à Lorient