RMC Sport

Coupe de la Ligue : Antonetti-Girard, unis par la même passion

Frédéric Antonetti

Frédéric Antonetti - -

Rennes et Montpellier s’affrontent ce mercredi (21h) en demi-finales de la Coupe de la Ligue. Au-delà de l’aspect capital de ce rendez-vous, la rencontre mettra aussi aux prises deux entraineurs au franc-parler similaire. Et qui s’estiment.

Frédéric Antonetti n’est resté que quatre minutes en conférence de presse lundi. Le temps de faire le point sur l’état de ses troupes avant la demi-finale de la Coupe de la Ligue face à Montpellier, et de s’en aller sans répondre aux questions des journalistes. Une décision dictée par sa volonté de ne plus faire partie du « buzz médiatique ». Ce buzz qui suit l’entraineur rennais depuis samedi et sa sortie énergique contre les personnes qui veulent faire de Rennes un club ambitieux alors qu’il n’est que « moyen ». Un de ces coups de gueule dont le Corse est coutumier et qui font le sel de sa personnalité. Attachante pour certains, agaçante pour d’autres.

Dans la catégorie de ses admirateurs, l’ancien entraineur de Bastia peut compter sur son confrère de Montpellier, René Girard, qu’il croisera donc ce mercredi sur le bord de la pelouse du stade de la route de Lorient. Comme lui, Girard aime les coups de gueule. Il est même abonné aux suspensions pour ses emportements comme en témoigne notamment son doigt d’honneur adressé à l’entraineur de Schalke 04 en Ligue des champions cette saison (1 match de suspension). « Fred est quelqu’un que j’apprécie beaucoup et qui a toujours fait du bon boulot. C’est quelqu’un d’entier qui entre un peu dans ma catégorie, reconnait ce dernier. On aime ou on n’aime pas. Ceux qui aiment, je les embrasse, ceux qui n’aiment pas, tant pis pour eux. »

Girard : « Le vainqueur sera le moins con des deux ! »

Si les deux hommes se retrouvent dans leur approche, ils ne connaissent pas la même réussite sportive avec leur club respectif. René Girard a connu l’ivresse d’un titre de champion avec Montpellier la saison passée et connait la pression d’une finale après celle perdue en 2011 en Coupe de la Ligue face à Marseille (1-0). Frédéric Antonetti reste, lui, marqué par des places d’honneur en L1 avec Rennes (9e en 2010, 6e en 2011 et 2012) et surtout cette demi-finale de Coupe de France perdue l’année passée face à Quevilly (National, 2-1). Mais Girard loue le travail de celui qu’il « respecte beaucoup ». « Ça prouve que les cons comme nous, pouvons nous retrouver en demi-finale de la Coupe de la Ligue, ironise-t-il. Il n’en restera plus qu’un, ce sera peut-être le moins con des deux ! Je pense qu’il y a la place pour tout le monde (dans le football français). Ceux qui ça emmerde, tant pis pour eux ! »

« Con » ou pas, Antonetti a intelligemment réussi, par son « buzz » (calculé ?) de samedi, à enlever une grosse pression des épaules de ses joueurs encore marqués par cette élimination de l’année dernière mais aussi par la défaite en finale de la Coupe de France face à Guingamp en 2009. Puisque l’on parle davantage de lui que de cette demi-finale pourtant capitale. Le club breton court, en effet, après un titre depuis une Coupe de France en 1971.

Le titre de l'encadré ici

Rennes avec ses cadres, hécatombe à Montpellier|||

Incertains cette semaine, John Mensah et Jonathan Pitroipa font bien partie du groupe de 18 Rennais convoqué par Frédéric Antonetti. Touché au dos et forfait face à Bordeaux (défaite 2-0) le week-end dernier, le défenseur ghanéen effectue son retour. Libéré par sa sélection du Burkina, Jonathan Pitroipa, touché à une hanche, est également opérationnel. En revanche, Onyekachi Apam, touché à une cuisse, est forfait alors que John Boye (Ghana) et Cheick Diarra (Mali) sont partis à la CAN. Côté montpelliérain, les absences sont beaucoup plus nombreuses. Jamel Saihi (genou), Benjamin Stambouli (pied), Marco Estrada (cuisse), Gary Bocaly (hanche), Joris Marveaux (cuisse) et Karim Aït-Fana (genou) sont « out ». A cela s’ajoutent les départs à la CAN de Younès Belhanda (Maroc) et d’Abdelhamid El Kaoutari (Maroc). Enfin, Cyril Jeunechamp est toujours suspendu.

Nicolas Couet avec Pierre-Yves Leroux et Julien Landry