RMC Sport

Ferreira Carrasco ou l'ascension royale du petit prince du Rocher

-

- - AFP

Après une saison en demi-teinte, Yannick Ferreira Carrasco éblouit aujourd’hui la L1. Parfois effronté, souvent à raison, le Belge de 21 ans affole chaque défense, avec l’abnégation que lui connait l’AS Monaco (qui rencontre ce mercredi Guingamp en ¼ de finale de Coupe de Ligue) depuis 2010. Portrait d’un Diable Rouge qui ne cesse de monter.

Le 30 juillet 2012 au Stade Louis II, Yannick Ferreira Carrasco dispute son premier match avec les pros, contre Tours. Gonflé de culot, le joueur de 19 ans demande le cuir à Nabil Dirar, pour tenter sa chance sur coup-franc. Banco, la balle s’enroule dans la lucarne de Benjamin Leroy. Sept minutes plus tard, il délivre sa première passe décisive, pour Andrea Raggi. L’AS Monaco lance parfaitement sa saison (4-0), mais voit surtout éclore une pépite. En 62 minutes de jeu, YFC a fait reluire ses plus jolies facettes, l’audace et le talent.

Débarqué en 2010 sur le Rocher en provenance de Genk, le natif d’Ixelles, dans la banlieue de Bruxelles, s’est rapidement senti à l’aise. Quelques jours suffisent à charmer le staff et à convaincre le joueur de 16 ans de poser ses crampons dans la Principauté. « Valence et Villarreal voulaient que je fasse un tournoi avec eux mais Monaco m’a proposé en premier. Je rêvais d’Espagne mais Monaco avait pris les devants. Je suis venu une semaine et me suis senti directement à la maison », se souvient le joueur, qui témoigne alors rapidement tant de ses aptitudes que de son envie, parfois débordante. « J’étais là quand Yannick est arrivé et on a senti d’entrée qu’il avait énormément de qualités sur le terrain. Il en faisait un peu trop sur le terrain au début, il voulait peut-être montrer toutes ses qualités », confie Valère Germain.

Au grand dam de la Juve, l’AS Roma, Tottenham et Wolfsburg

A l’instar de sa démonstration face à Tours et après avoir remporté la Coupe Gambardella en 2011, YFC va confirmer tout au long de la saison 2012-2013 (8 buts et 8 passes décisives en 31 matches) et contribuer à la promenade monégasque (champion de L2 avec 76 points au compteur). De quoi conserver un excellent souvenir de son coach de l’époque, Claudio Ranieri : « C’est sûr, c’est un Mister. Je suis fier, il m’a lancé dans le monde du foot, et j’ai pu le remercier par rapport à ça. »

Dans l’ombre de James Rodriguez, meilleur passeur de L1 et futur Soulier d’or du Mondial, YFC va prendre son mal en patience la saison suivante. Du genre obstiné, le Belge accroche sa longue mèche au Rocher cet été Au grand dam de la Juve, l’AS Roma, Tottenham et Wolfsburg. Une ténacité payante. Ferreirra Carrasco, a soufflé ses 21 bougies en septembre et une légion de défenseurs depuis. Avec depuis et cerise sur la gâteau, un statut de cadre évident. 

Germain : « Il a les qualités pour devenir top player »

Rapide, habile, inspiré, le joueur a tout simplement éclaté et porté l’ASM, durant cette première partie de saison. Au compteur 27 rencontres, 5 buts, 4 passes décisives et un apport crucial dans le jeu. Au point d’être appelé par Marc Wilmots, pour intégrer les Diables Rouges, les grands, les vrais, les Courtois, Hazard, Fellaini, Januzaj et Kompany.

« J’aimerais avoir quelques minutes pour prouver qui je suis et pourquoi pas dans le futur avoir une place de titulaire, on ne sait jamais, lance Ferreira Carrasco. Chaque joueur a des rêves mais les rêves, ça ne se dit pas. » Valère Germain, lui, ne s’en prive pas : « Je pense qu’il a les qualités pour devenir top player mais il faut qu’il continue à s’entraîner dur au quotidien, il ne faut pas qu’il se relâche. » Ce n’est visiblement pas le genre de la maison.

Jérémy Bilinski avec Y.Pécheral, à Monaco