RMC Sport

Larqué : « Blanc joue très gros avec cette finale »

-

- - -

Après deux défaites de rang, le PSG, qui dispute samedi la finale de la Coupe de la Ligue contre l’OL (21h), veut le titre pour chasser les doutes. Pour notre consultant Jean-Michel Larqué, l’enjeu concerne plus particulièrement Laurent Blanc.

Après l’élimination brutale en quart de finale de Ligue des champions contre Chelsea, le PSG, fragilisé par deux défaites de rang, doit s’imposer contre Lyon ce samedi en finale de la Coupe de la Ligue pour retrouver de la sérénité. Pour Jean-Michel Larqué, Laurent Blanc, au cœur de la tourmente, joue même encore plus gros au Stade de France. « Quand j’entends dire que Blanc joue sa saison sur ce match, je ne suis pas choqué. C’est normal, surtout si on se place du point de vue de ceux qui l’ont engagé et qui le paient, explique le membre de la Dream Team RMC Sport. 

Pour nous, ça peut paraître sévère qu’un entraîneur joue sa saison sur une rencontre. Mais c’est la loi du genre ! On sait qu’à ce niveau, et suivant le degré de tolérance de tes employeurs, tu peux parfois perdre un match et avoir des conséquences dramatiques derrière. Donc oui, Laurent Blanc joue gros. Ce n’est pas forcément le cas pour le PSG, parce que je ne sais pas ce qu'une victoire en Coupe de la Ligue leur apporterait réellement, mais ce soir, c’est Laurent Blanc qui joue très gros. »

« Au départ, Blanc était un choix par défaut »

Jean-Michel Larqué a même le sentiment que certains joueurs commencent à lâcher leur entraîneur, et que son statut de « choix par défaut » se fait sentir, alors que le club est pour la première fois de la saison dans le doute : « Il ne faut pas non plus oublier que ce sont les joueurs qui sont sur le terrain, pas Laurent Blanc. En ce moment, je n’ai pas l’impression que certains cadres fassent corps avec leur entraîneur. Au départ, Blanc a été un choix par défaut, on ne pourra jamais retirer cette cicatrice. »

A lire aussi : 

- PSG : la finale de la saison

- Paris a la gueule de bois

- Quand le PSG tombe en panne

La rédaction