RMC Sport

Nice : le tonnerre Cvitanich

Dario Cvitanich

Dario Cvitanich - -

Auteur de ses deux premiers buts avec l’OGC Nice, le buteur argentin a assuré à lui tout seul la qualification des siens, aux dépens de Brest (4-2), pour les 8es de finale de la Coupe de la Ligue.

Cela aurait pu être un match de gardiens. Ça en prenait bien le chemin d’ailleurs, après une faute de mains d’Alexis Thébaux sur l’ouverture du score de Timothée Kolodziejczak (1-0, 10e) et sur la sortie aux poings complètement ratée, car synonyme de but contre son camp pour David Ospina, en faveur de Brest (1-1, 26e). C’était sans compter sur l’instinct de buteur de Dario Cvitanich. Le transfuge de l’Ajax Amsterdam n’avait toujours pas marqué sous les couleurs azuréennes. Tout juste s’était-il fait remarquer pour avoir malencontreusement explosé le nez de son entraîneur, Claude Puel, à l’entraînement et provoqué l’expulsion à Lorient (1-1) de Grégory Bourillon.

Cette fois, pas de maladresse ou de rajout. Un petit coup de patte, suite à un coup franc de Camel Meriem, pour devancer Alexis Thébaux et bonifier une déviation aérienne de son compatriote Renato Civelli (1-2, 37e). Puis, juste avant la pause, un nouveau geste opportuniste pour conclure un magnifique mouvement initié par Meriem et relayé par Jérémy Pied (1-3, 44e). Un coup de tonnerre vient de s’abattre au-dessus de Francis-Le Blé, où les Brestois n’avaient encore jamais enregistré de défaite cette saison sur leur pelouse. Un coup de tonnerre appelé Cvitanich.

Touré expulsé

Evidemment, les Brestois se rebiffent. Par l’intermédiaire de Jonathan Ayité, auteur d’un superbe plat du pied devant Ospina (2-3, 54e). Mais les Finistériens se montrent beaucoup trop nerveux, agressifs. Et à ce jeu, c’est Larsen Touré, par excès d’engagement et auteur d’un tacle dangereux sur Fabrice Abriel (72e), qui voit rouge. A dix, Brest a bien du mal à déranger la formation de Claude Puel, bien organisée autour du tandem formé par Abriel et Digard. Cvitanich, lui, aura regardé la fin du match du banc de touche. Et apprécié la magnifique reprise de volée acrobatique de Valentin Eysseric, pour le quatrième but niçois (2-4, 91e).

Remplacé à dix minutes de la fin, l’Argentin aurait pu s’offrir un triplé mais M.Lesage n’a pas bronché lorsque ce dernier s’est écroulé dans la surface suite à un retour d’Ismaël Traoré (65e). Pas de quoi gâcher sa joie. Ni celle de son club, même si Claude Puel, satisfait, se voulait un brin perfectionniste à l’issue de la rencontre. « On s’est fait plaisir. On a fait une bonne entame, mais on a peut-être voulu gérer un petit peu, souligne le guide des Aiglons. On a remis cette équipe brestoise en selle. On prend un 2e but évitable, sans qu’on soit véritablement en danger. » Nice accède aux 8es de finale, en terrassant Brest sur le même score qu'il y a 11 jours en L1. Et, cette fois, Dario Cvitanich a enfin débloqué son compteur buts en France. De quoi aborder la suite de la saison et la réception de Bastia (samedi, 20h) avec encore plus d’ambitions.

A.D