RMC Sport

PSG-OM / Sakho : « Je ne crache pas dans la soupe »

Mamadou Sakho

Mamadou Sakho - -

Le PSG débutera mercredi sa Coupe de la Ligue par le choc des huitièmes de finale contre Marseille (20h55). Soucieux d’inscrire un titre de plus à son palmarès, Mamadou Sakho aborde cette rencontre plein d’envie et d’ambition.

La Coupe de la Ligue fait-elle partie des objectifs du club ?

Oui l’équipe a été frustrée de finir la saison dernière sans titre. On est vraiment déterminé à remporter quelque chose. Un titre est un titre. Je ne crache pas dans la soupe. Je sais ce que c’est de l’avoir gagné. C’était exceptionnel. Un titre en plus dans mon palmarès, je ne dirai pas non.

Au lendemain de la victoire à Nancy (0-1), les journaux titraient « Merci Zlatan ». Peut-on parler de « Zlatan dépendance » ?

On a beaucoup de joueurs de qualité. Zlatan nous fait beaucoup de bien, c’est certain. On gagne ces rencontres grâce à ses buts. Il ne faut pas oublier le travail fourni par les autres derrière. Il y a des mecs qui charbonnent. Des soldats derrière. Sans ces joueurs-là, Zlatan, seul face à 11 joueurs, il ne pourrait rien faire. Grâce à son efficacité offensive, le PSG arrive à gagner. Un joueur de ce niveau-là dans l’effectif aide à progresser individuellement. On voit bien Blaise Matuidi qui prend une autre dimension.

Y-a-t-il eu une prise de conscience après la défaite à Porto (1-0) et le nul à Marseille (2-2) ?

Ça été le discours du coach qui a fait un gros travail pendant la semaine pour rectifier le tir. L’expérience des grands joueurs est aussi importante.

A ce propos, que vous apporte Thiago Silva ?

C’est quelqu’un d’assez discret, peut-être dû à la barrière de la langue. Il discute avec les Brésiliens et les Italiens. Il nous apporte beaucoup de sérénité. C’est un joueur très calme avec le ballon. Il a un sens de l’anticipation exceptionnel. C’est une force de plus pour le PSG.

Avez-vous la sensation qu’il a stabilisé la défense du PSG ?

Un joueur de ce cran, de cette envergure-là, avec toute l’expérience qu’il a derrière lui, il fait bien sûr grandir cette équipe de Paris. On s’adapte quand il faut dialoguer. L’idée est de trouver des mots clés. Maxwell, Alex et Thiago Silva font beaucoup d’efforts pour apprendre le français. Ça se passe très bien.

Recueilli par Loïc Briley