RMC Sport

Rennes : Pinault ne fera pas de cadeau

François-Henri Pinault, le fils de François, et sa compagne Salma Hayek

François-Henri Pinault, le fils de François, et sa compagne Salma Hayek - -

Propriétaire du Stade Rennais depuis 15 ans, François Pinault espère enfin décrocher un trophée samedi (21h) en finale de la Coupe de la Ligue contre Saint-Etienne, au Stade de France. Mais même en cas de succès, le milliardaire n’entend pas ouvrir le robinet.

Cherche trophée désespérément. Depuis ses deux Coupes de France en 1965 et en 1971, le Stade Rennais est au pain sec. Les Bretons n’ont plus pris l’ascenseur pour la deuxième division depuis 1994, mais l’étagère à coupes et à breloques reste vide. Dans les travées du stade de la Route de Lorient, on veut croire qu’après 42 ans de disette, la roue va tourner. L’actionnaire, François Pinault, l’espère aussi. Depuis son arrivée en 1998, la troisième fortune française a injecté 120 M€, faisant des Rouges et Noirs un société de 170 salariés avec un budget de 50 M€ cette saison.

Avec une place de 10e à six journées de la fin de saison, Rennes peut faire une croix sur le championnat. Tous les espoirs se portent sur la Coupe de la Ligue et ce choc face à Saint-Etienne, l’équipe en forme de l’année 2013. L’attente est d’autant plus forte après la défaite cuisante en finale de la Coupe de France 2009 face au voisin guingampais et l’élimination en demi-finales l’an dernier face à Quevilly… « Tous ces pépins marquent un club et un homme, reconnait Frédéric Antonetti, arrivé de Nice en 2009. Je comprends la déception des gens. J’espère que cette fois, ça se terminera mieux. »

Dréossi : « Les budgets du Stade Rennais ne sont jamais dépassés »

Le Corse, en fin de contrat, sait pertinemment que sa situation est inconfortable. Même si par tradition, à Rennes, on n’abuse pas du turn-over au poste d’entraîneur. « En championnat, on ne gagne plus depuis huit matches. Je n’arrive pas à trouver les réponses. Je suis responsable. » A écouter l’ancien technicien des Aiglons, le contact est toujours maintenu avec son employeur. « Mes relations avec l’actionnaire sont bonnes, j’ai François Pinault une ou deux fois par semaine, François-Henri un peu moins, parce qu’il est en relation avec Pierre (Dréossi). »

Le manager général du club breton, arrivé en Ille-et-Vilaine en 2002, connaît trop bien le propriétaire pour se bercer d’illusions en cas de succès samedi au Stade de France. « Les budgets du Stade Rennais ne sont jamais dépassés, rappelle-t-il. Ce n’est pas dans l’objectif de la famille Pinault. Il y aura peut-être d’autres résultats mais pas d’autres moyens. » Les Pinault ne joueront pas au père Noël. Depuis 15 ans, l’actionnaire a fait de sa présence indiscutée dans le football breton la pierre angulaire du Stade Rennais. « Je souhaite au Stade Rennais que l’actionnaire reste très longtemps, autrement le club risquerait la D2 », glisse Antonetti. Une victoire ce week-end à Saint-Denis lui offrirait une belle publicité.

A lire aussi :

- Les Verts resserrent les rangs

- Alessandrini : « On sera les outsiders »

- Tous les résultats

Louis Chenaille (avec P-Y.L.)