RMC Sport

Riolo : "Le PSG respire un peu mieux..."

-

- - -

Retour sur la victoire du PSG en Coupe de la Ligue à Saint-Etienne…

Le réveil ou le grand vide. Face à un Sainté tranquille, le PSG jouait un ¼ de Coupe de la Ligue qui valait très cher. Après son dernier coup de colère, Blanc opte pour un 11 avec un maximum de titulaires. Le milieu à 3 « classique » est là, Ibra, Pastore, Lucas devant. La charnière de la FIFA et Marquinhos à droite, il n’y a que les présences de Digne et Douchez qui rappellent le parfum de la Coupe de la Ligue. Ça ressemble donc au match de la prise de conscience. Le match à message. Le Président du club s’est même déplacé pour bouger le groupe. Si avec tout ça, ça ne passe pas…

Alors le PSG aborde la partie avec l’intention de la contrôler. Installation dans le camp des Verts et tentative de main mise sur le ballon. Sainté est contraint d’attendre, de défendre. Une approche du jeu que cette équipe affectionne. 70/30, c’est le rapport de possession de balle. Il y avait longtemps que le PSG n’avait pas fait ça…

Plus mobile que lors de ses récentes sorties, Ibra ne semble néanmoins pas au top de sa forme. Sur une action hors-jeu, il joue un face à face contre Ruffier et on sent dans sa gestuelle qu’il n’est pas fluide.

Derrière la maîtrise du ballon qui faiblit au cours de cette première période, Paris ne crée pas le danger. Les Verts en profitent pour respirer et même sur corner obtenir une énorme occasion. Le match s’équilibre largement. Les Stéphanois deviennent plus agressifs au milieu. Une zone où ils sont 5. Un secteur de jeu ou, par ailleurs, Motta est encore une fois loin de son vrai niveau.

Si le match est intense, si on sent une réelle pression, pour ce qui est du jeu, c’est plutôt pauvre.

La seconde période débute sur le même ton. C’est équilibré. La différence, c’est que les lignes s’étirent un peu plus. C’est plus ouvert et donc indécis. Le PSG dégage une sérénité moyenne. L’idée que ça peut craquer plane. Idée contredite par le but d’Ibra. Un but de la poitrine, original, à la Ibra. Derrière, le sublime, magnifique public de Saint-Etienne, il paraît le meilleur de France interrompt le match. Menés, les verts doivent maintenant attaquer. Galtier passe à une attaque à 2 pointes. Blanc répond en mettant un milieu défensif. Rabiot remplace Pastore.

Le PSG affiche des signes de nervosité au moment de gérer cet avantage, mais ça passe. Saint-Etienne a encore paru emprunté au moment de créer le danger près de la surface adverse. Quant au PSG, il peut respirer, un peu…