RMC Sport

Deschamps : « L’Ukraine, ce ne sera pas simple »

-

- - -

L'équipe de France défiera l'Ukraine en barrages pour la Coupe du monde 2014 les 15 et 19 novembre prochain. Les Bleus accueilleront leur adversaire au Stade de France au retour. Retrouvez toutes les réactions sur ce tirage au sort.
-
- © -

18h45 - Leboeuf : « J'aurais aimé le Portugal »

Vainqueur de la Coupe du monde 1998 et de l'Euro 2000 avec les Bleus, Frank Leboeuf aurait préféré un autre adversaire que l'Ukraine pour les barrages qualificatifs au Mondial 2014. « Moi, j’aurais aimé le Portugal parce que je me suis dit : ''Au moins ça va nous donner une idée de ce qu’on vaut vraiment et si on passe le Portugal, peut-être qu’on aura une chance de faire quelque chose de bien en Coupe du monde'', explique le membre de la Dream Team RMC Sport. Si on ne passait pas contre le Portugal, on n’avait rien à faire en Coupe du monde. Je pense sincèrement qu’il faut monter d’un cran les ambitions. On reste l’équipe de France, il y a un historique, on ne peut pas se contenter de juste figurer. J’ai confiance. On a eu un bon tirage, maintenant il faudra rester humble, se battre et tout donner sinon ça risque de coincer. »

18h10 - Di Meco : « On va être en galère pour marquer »

Membre de la Dream Team RMC Sport, Eric Di Meco préfère jouer la carte méfiance à l'heure de commenter le tirage au sort des barrages pour le Mondial 2014 qui voit l'Ukraine se dresser sur la route de l'équipe de France : « Oui, je préfère tomber contre l’Ukraine que contre le Portugal ou la Croatie. Mais une équipe solide défensivement comme celle-là, qui ne prend pas beaucoup de buts et qui est bien organisée, va-t-elle correspondre à l’équipe de France ? Le problème des Bleus, et on l’a vu dans les matches où elle a flambé, c’est qu’elle préfère rencontrer des équipes qui jouent. On a un problème pour faire le jeu et on est plus à l’aise quand l’équipe adverse le fait. Là, les Ukrainiens, ils vont te laisser le ballon. On va être en galère pour marquer contre une équipe solide et, du coup, je suis un peu inquiet. Quand on était tombé contre l’Irlande il y a quatre ans, on était content et on est passé juste, juste. Et l’Ukraine est plus forte que l’Irlande. »

17h35 - Guy Stéphan : « L' Ukraine n'est pas n'importe qui »

Adjoint de Didier Deschamps dans le staff de l'équipe de France, Guy Stéphan ne voit pas les Bleus vainqueurs d'avance face à l'Ukraine, futur adversaire en barrages : « Je me méfie des tirages qui semblent favorables a priori. Il y a quatre ans, quand on avait tiré l’Irlande pour ces barrages, on avait eu très chaud au match retour qui était pourtant chez nous au Stade de France. Donc attention ! Mais ce qu’on a réalisé sur les deux derniers matches me donnent confiance. Je préfère insister là-dessus, sur les automatismes, le dynamisme, la faculté à récupérer le ballon haut. Tout ça était très positif. On a supervisé l’Ukraine dans un match contre la Pologne. On a pas mal d’informations sur eux. C’est une équipe solide, avec des joueurs qui jouent essentiellement dans leur pays, une équipe qui défend bien et prend très peu de buts, assez complète. Dans son groupe, l’Ukraine a fin très proche de l’Angleterre. Ils sont invaincus depuis dix matches avec huit victoires et deux nuls. Il y a de la qualité dans cette équipe mais il y a aussi beaucoup de qualités en équipe de France. Il faut qu’on joue sur notre valeur et sur le dynamisme de nos derniers matches. On a une équipe joueuse, avec beaucoup d’éléments offensifs. Il ne faut pas partir la fleur au fusil mais on a une équipe qui aime bien avoir le ballon, qui peut récupérer assez haut et déstabiliser cette défense. Mais attention, l’Ukraine n’est pas n’importe qui ! »

17h25 – Cabaye : « Il va falloir jouer avec confiance »

Yohan Cabaye, le milieu de terrain international de Newcastle, ne veut pas tomber dans un triomphalisme trop appuyé à l’heure de commenter le tirage au sort des barrages qualificatifs au Mondial 2014 : « L’Ukraine a une bonne défense, ils ne prennent pas beaucoup de buts. Leur équipe a été assez rajeunie. Pour moi, le joueur qui ressort est Yarmolenko. C’est une équipe assez jeune mais il va falloir se méfier car ce sont de bons joueurs techniques et leur collectif se met en place petit à petit. Il va falloir être concentré dans toutes les lignes du début à la fin de chaque match. On a très bien réussi nos deux derniers matches en marquant neuf buts sans en prendre un. On a joué avec confiance, beaucoup plus libérés que d’habitude, et on voit certaines choses intéressantes commencer à se mettre en place. Pour les barrages, il va falloir garder cet état d’esprit et jouer avec la confiance, être confiants en nos qualités car on en a aussi. »

17h10 – Cabaye : « Ça ne va pas être simple »

Milieu de l'équipe de France et de Newcastle, Yohan Cabaye était l'invité de Luis Attaque où il a livré son avis sur le tirage au sort des barrages qui voient les Bleus tomber sur l'Ukraine : « Est-ce qu’on a décroché le jackpot ? Je ne sais pas. On verra ça le 19 novembre au soir. Le tirage aurait pu être pire mais il va falloir respecter l’Ukraine. On a deux matches à jouer mais ce n’est pas parce qu’on joue l’Ukraine et non le Portugal, et qu’on reçoit au retour, qu’on est déjà qualifiés. Ça ne va pas être simple. On va tomber sur une équipa qui aura aussi envie d’aller au Brésil. Ils marquent beaucoup de buts, ils en encaissent peu et ont gagné presque tous leurs derniers matches. Ça aurait pu être plus difficile, certes, mais ça va tout de même être compliqué. L’Ukraine n’a jamais battu la France et ça peut être un avantage psychologiquement. Mais ces deux matches vont être totalement différents. Notre dernier match face à eux était à l’Euro, là on joue une qualification au Mondial, ce n’est pas la même chose. Ça peut être un atout psychologique pour nous mais eux aussi pourront s’en servir pour se motiver davantage. Jouer le retour à domicile est également un avantage mais ça ne fait pas tout. Il y a un match aller avant et il va falloir bien le négocier. Avoir le retour chez nous devant 80.000 spectateurs peut jouer en notre faveur mais il ne faut pas que ça nous mette trop de pression, que ça nous inhibe et qu’on arrive pas à se libérer. Il faut surtout tout donner sur les deux matches. »

16h45 – Fourneyron : « Un tirage au sort favorable »

Interrogée sur le tirage au sort des barrages qualificatifs à la Coupe du monde dans la zone Europe, qui a vu la France tomber sur l’Ukraine, la ministre des Sports Valérie Fourneyron n’a pas caché sa satisfaction : « C’est un tirage au sort qui semble un peu plus favorable que de tirer le Portugal ! C'est vrai que lors du dernier Euro, on a battu l'Ukraine (2-0, ndlr). Maintenant, ils viennent de signer une série de victoires dans les matches de qualification avec toute une série de victoires. C’est un tirage au sort qui nous est plutôt favorable, oui, mais maintenant il faut aller gagner. »

16h30 - Trémoulinas : « Il faudra prendre l’Ukraine au sérieux »

Parti rejoindre le Dynamo Kiev cet été, l'ancien Bordelais Benoît Trémoulinas connaît bien les joueurs de l'équipe d'Ukraine pour les côtoyer, comme partneaires ou adversaires, dans son nouveau championnat. Et le défenseur français prévient les Bleus du danger : « Je ne vais pas trop vous rassurer. Il y a de très bons joueurs dans cette équipe d’Ukraine. Je ne sais pas s’ils sont capables d’éliminer la France mais l’Ukraine est une nation sans cesse en train de progresser d’année en année. Il y a beaucoup de jeunes prometteurs, notamment deux ailiers très forts dont Andriy Yarmolenko qui joue au Dynamo Kiev. Il est très percutant, dribbleur, puissant, rapide, il adore les un-contre-un. Il faudra prendre cette nation très au sérieux avec ces très bons jeunes. A écouter les commentaires, l’Ukraine craignait un peu la France, surtout celle d’aujourd’hui avec un Ribéry en très grande forme. Au niveau de l’expérience, les Bleus ont l’avantage. En tout cas, avec deux équipes qui jouent, ça va donner deux très beaux matches.

15h45 – Giroud : « Si on n’est pas à 100%... »

Olivier Giroud, attaquant de l’équipe de France, au micro de BFM TV : « Nos précédents résultats nous ont donné de la confiance. On aborde ces barrages avec plus de sérénité, peut-être. Mais on sait que si on n’est pas à 100% sur le plan mental et de la détermination, on redevient une équipe un peu banale. Si on ne met pas tous les ingrédients, ça ne passe pas toujours. Il va falloir être très concentré. Je crois en ce groupe. On va voir comment l’équipe va réagir sous pression. Ces barrages vont amener de la tension, mais on a tous plus ou moins l’habitude de gérer ces situations en groupe. J’ai confiance en nos qualités. Mais on ne va surtout pas prendre cette équipe d’Ukraine de haut, ça serait une très grosse erreur. »

15h19 - L. Fernandez : « Ne pas sous-estimer l’Ukraine »

Luis Fernandez, membre de la Dream Team RMC Sport : « C’est un bon tirage pour l’équipe de France. Néanmoins il ne faut pas sous-estimer l’Ukraine. Le meilleur tirage pour moi était la Grèce, mais nous avons la chance de recevoir au retour et je pense que c’est une très bonne chose pour les Bleus. Ce match aller à Kiev sera très important pour l’équipe de France, il faudra évidemment bien le préparer parce que le résultat de l’aller conditionnera celui du match retour. »

15h15 – Tout savoir sur l’Ukraine

Classement FIFA : 26e

Forces : Une défense disciplinée (4 buts encaissés comme… la Grèce !). Une confiance en soi importante après un savant revirement lors des éliminatoires : après un début catastrophique (deux points en trois matches, l’Ukraine a su, sous l’impulsion de son nouveau sélectionneur Mikhaïl Ivanovich Fomenko, se remobiliser pour arracher sa place en barrages, après avoir longtemps été en position de rejoindre le Brésil… par vol direct.

Faiblesses : Contrairement au Portugal, l’Ukraine n’est pas un heureux spécialiste des barrages. Les trois dernières fois que les partenaires de la nouvelle star, Andreï Iarmolenko (Dynamo Kiev), ont atteint ce stade de la compétition, ils ont échoué. Et ce n’est pas leur bilan face à la France (0 victoire, 4 défaites et 3 nuls en 7 confrontations) qui font d’eux un motif de cauchemar pour les Bleus.

15h11 – Giroud : « En Ukraine pour gagner »

Olivier Giroud, attaquant des Bleus (24 sélections) et d’Arsenal, au micro de BFM TV : « Le fait de recevoir au retour, c’est un atout, c’est sûr. Ce sera à nous de faire un gros match là-bas, sans prendre de but. Tout peut arriver sur une double confrontation. Rien n’est écrit, rien n’est joué. Mais je suis quand même satisfait d’avoir évité le Portugal. On connait l’Ukraine. Il ne devrait pas faire trop froid chez eux en novembre. On va y aller pour gagner. »

15h10 - Gonalons : « Un bon tirage »

Maxime Gonalons, milieu de terrain de l’OL et de l’équipe de France (6 sélections), au micro de BFM TV : « On savait que ça pouvait être délicat d’affronter le Portugal ou la Croatie. C’est un bon tirage même si on le saura à la fin de ces deux matches. On aura un avantage au match retour qu’on disputera à la maison (le 19 novembre). Ça va arriver très vite. Il faudra être prêt. Ce sont deux matches super importants. Peu importe comment ils vont se passer, l’important est de se qualifier. Nous, les joueurs, allons faire en sorte de nous qualifier. Même si l’Ukraine est moins prestigieuse que le Portugal ou la Croatie, il faudra s’en méfier. Elle n’est pas là par hasard. Il n’y a plus de petites nations. Ce sera du costaud. L’Ukraine prend peu de de but. »

15h00 – Giresse : « La psychologie sera importante »

Alain Giresse, sélectionneur du Sénégal et ancien international français, au micro de BFM TV : « J’espérais que ce soit l’Ukraine, c’est fait. La programmation avec ce match retour à domicile est une bonne chose pour l’équipe de France. Cela permet d’aborder ces barrages avec sérénité. L’Ukraine est une équipe solide, organisée et qui met beaucoup d’engagement dans les duels. Ça ne sera pas simple. Il n’y a pas d’individualité marquante mais un collectif de qualité. Ils n’ont pas un joueur comme Ronaldo au Portugal capable faire la différence à tout moment mais c’est une équipe dont il faudra se méfier. Il s’agit de deux matchs couperets et la psychologie est très importante. A nous d’aborder ces matchs avec la même motivation que contre l’Australie et la Finlande. »

14h58 - Deschamps est méfiant

Didier Deschamps au micro de BFM TV : « Il y a de la méfiance. C’est un adversaire qui était certainement méconnu du grand public mais qui était tête de série. C’est davantage un collectif qu’une somme d’individualités. Il ne faut pas penser qu’on a atteint notre objectif avant d’avoir disputé ces deux matches. Je vais me plonger avec mon staff dans le visionnage pour avoir le maximum d’infos sur cette équipe pour se préparer au mieux. »

14h52 - Le Graët : « Evra a commis une faute »

Noël Le Graët, président de la FFF, au micro de BFM TV : « On va le recevoir (Patrice Evra) à la Fédération assez rapidement. Il a un match mercredi soir avec son club en Ligue des champions. On le laisse jouer sans problème puis on va le recevoir rapidement et on va bavarder. Peut-il être sanctionné ? Je n’ai pas de réponse pour le moment. Je le connais tellement bien. Je sais qu’il a commis une faute. Il le sait aussi. On a besoin de s’expliquer. On verra après cet entretien quelle décision sera prise. »

14h45 - Le Graët : « Etre prudent »

Noël Le Graët, président de la FFF : « Recevoir le mardi au Stade de France (le 19 novembre), c’est un léger avantage. En cas de prolongation, jouer chez soi est plus agréable. C’est un match équilibré. Les équipes sont proches l’une de l’autre au classement Fifa. On n’a jamais gagné un match avant de le jouer. Soulagement d’avoir évité le Portugal et la Croatie ? On a l’habitude de ces matches dits « faciles ». Il ne peut pas y avoir de match facile à ce niveau de la compétition. Il faut être extrêmement prudent. »

14h40 – Deschamps : « Pas simple contre l’Ukraine »

Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France : « Cela ne sera pas simple face à cette équipe d’Ukraine qui reste sur sept matches de suite sans défaite. C’est une équipe qui prend très peu de but. Ça va être un long déplacement pour nous. »

14h36 - Giroud : « L’Ukraine ? C’est faisable »

Olivier Giroud, l’attaquant d’Arsenal, estime que l’équipe de France a les moyens de se qualifier face à l’Ukraine, en barrages de la Coupe du monde 2014. « Honnêtement, je préférais éviter le Portugal, a-t-il confié sur BFMTV. C’est chose faite, tant mieux. L’Ukraine, on les connait. On les a joués à plusieurs reprises. On reste sur un bon résultat contre eux à l’Euro (victoire 2-0, ndlr). Il va falloir rester prudent parce que c’est une équipe en devenir, avec de bons joueurs. Mais c’est faisable. C’est une équipe qui a une belle génération. Peut-être qu’elle a moins d’expérience que nous. Mais elle est très talentueuse. Il faudra s’en méfier. On va devoir aborder ces matchs avec beaucoup de concentration et beaucoup de confiance. On a les moyens de passer. Il faudra mettre la pression de côté. On est capable de passer. Il le faut quoi qu’il arrive, je n’envisage pas de ne pas aller au Brésil. »

14h33 - Deschamps soulagé

Assis au premier rang à Zurich lors du tirage au sort des barrages pour la Coupe du monde, Didier Deschamps est apparu soulagé lorsque l’équipe de France a hérité de l’Ukraine comme adversaire. Un sourire s’est même affiché sur le visage du sélectionneur, lorsqu'il a réalisé que le match retour se déroulerait au Stade de France.

14h29 - Benarbia : « C’est du 50-50 »

Ali Benarbia, membre de la Dream Team RMC Sport : « C’est un mauvais tirage pour l’Ukraine. Ils ne voulaient surtout pas tomber contre la France. Mais c’est une équipe qui a toujours bien joué collectivement et qui est supérieure à la Finlande. Cela reste du 50-50. En ce moment, la France se cherche. Elle va devoir se montrer au-dessus de ce qu’elle a montré ces six derniers mois. »

14h23 – Les Bleus invaincus contre l’Ukraine

L’adversaire des Bleus en barrages pour la Coupe du monde n’a jamais réussi à battre l’équipe de France. En sept confrontations, le bilan est de quatre victoires pour les Tricolores et de trois matches nuls.

14h21 - L. Fernandez : « L’Ukraine, une équipe joueuse »

Luis Fernandez : « L’Ukraine est une équipe joueuse, qui ne ferme pas le jeu, qui a envie d’attaquer et de prendre des risques. Son style peut correspondre à celui de l’équipe de France. »

14h12 : Ce sera Ukraine-France !

L'équipe de France disputera les barrages contre l'Ukraine. Les Bleus disputeront le match retour à domicile, au Stade de France, le 19 novembre. Le match aller aura lieu le 15 novembre à Kiev. La Grèce sera opposée à la Roumanie. La Croatie défiera l'Islande.

14h11- Portugal -Suède

Le tirage a débuté : Le Portugal hérite de la Suède.

L. Fernandez : « Des craintes si c’est la Grèce »

« Si c’est la Grèce, j’ai des craintes car on sera largement favori. Ils sont toujours là. C’est une équipe qui a beaucoup d’expérience et qui défend remarquablement bien. Je préférerais la Croatie ou le Portugal car il y aura du répondant. »

13h53 – Benarbia : « Le Portugal est légèrement au-dessus »

Ali Benarbia : « Le Portugal est légèrement au-dessus parce qu’ils ont des individualités qui font plus la différence que dans les autres équipes. Mais l’une des questions importantes est de savoir si l’équipe de France est prête pour ces barrages. »

13h30 - Portugal, Croatie, Grèce ou Ukraine ?

Retrouvez toutes les informations sur les quatres adversaires potentiels de l’équipe de France.

13h26 – Deschamps et Le Graët sont arrivés à Zurich

Didier Deschamps et Noël Le Graêt sont arrivés vers 13h15 au siège de la FIFA à Zurich, théâtre du tirage du sort des barrages de la Coupe du monde 2014. Le sélectionneur de l'équipe de France avait l'air concentré, alors que le président de la FFF s'est fendu d'un "formidable" quand on lui a demandé dans quel état d'esprit il se trouvait.

La rédaction