RMC Sport

Domenech : « Beaucoup de générosité et d’humilité »

-

- - -

Raymond Domenech prépare les qualifications pour la Coupe du Monde 2010 par un match amical contre la Suède, ce soir. Le sélectionneur des Bleus veut absolument faire oublier le fiasco de l’Euro.

Raymond Domenech, quel sera l’état d’esprit de l’équipe de France pour ce match amical en Suède ?
L’idée de base, c’est montrer de la générosité. Ne pas calculer, ne pas se cacher. Il faut créer quelque chose pour qu’il se passe quelque chose. Après on sait qu’au niveau du résultat tout peut arriver, mais c’est vraiment ce que je voudrais voir dans cette équipe de France. C’est une équipe assez jeune en plus : alors si on n'est pas généreux à cet âge là... Beaucoup de générosité donc, mais beaucoup d’humilité aussi : il ne faut pas se dire "On est les meilleurs du monde". On va lutter et se battre, mais surtout on va montrer quelque chose. Je pense qu’il faut être poussé par cette envie.

Le match le plus important n’est-il pas contre l’Autriche le 6 septembre prochain ?
C’est vrai que je suis plus préoccupé par l’Autriche que par la Suède. Ce qui compte pour nous, c’est l’Autriche. La Suède n’est qu’une préparation pour ce match. J’ai vu les Suédois à l’Euro : c’est bien organisé, c’est solide, ça va vite sur les contres, et c’est bon dans le jeu aérien. Il y aura peut-être quelques changements par rapport à l’Euro, mais on verra ça sur place.

Philippe Mexès sera titulaire en défense central contre la Suède. Pourquoi n’avez-vous pas fait appel à lui pour l’Euro ?
Il y avait des choix pour l'Euro, pour l'équilibre de l'équipe. La page est tournée. Il est là, c'est ce qui compte. De plus, il avait devant lui un monstre (Lilian Thuram, ndlr). Il y a des joueurs qui doivent parfois attendre longtemps leur chance. Je souligne qu’il a su être patient. La situation était compliquée pour lui, mais il y a une place à prendre maintenant et ils sont quelques-uns à la briguer. Je suis heureux qu’il ait envie de montrer quelque chose, même si je ne l’attends pas particulièrement. Je sais en effet de quoi il est capable. Il a une chance à jouer, il faut qu’il la joue à fond.

Enfin, pourquoi avez-vous décidé de nommer Thierry Henry capitaine ?
Il est le capitaine de l’équipe de France dans la mesure où il est ici, et que Pat (Vieira, blessé) n’est pas là. Cela lui est déjà arrivé quelquefois quand Pat ou Lilian (Thuram) étaient absents. Titi a toutes les qualités et les compétences pour être capitaine. Maintenant, de quoi sera fait demain ? Personne ne le sait…

La rédaction