RMC Sport

Domenech : « Le premier match n’est pas décisif »

Raymond Domenech a choisi son groupe pour la Coupe du monde.

Raymond Domenech a choisi son groupe pour la Coupe du monde. - -

Le sélectionneur des Bleus estime que le résultat contre l’Uruguay ne conditionnera que partiellement la qualification pour les huitièmes de finale.

Vous avez souvent dit que vous n’aimiez pas préparer vos matchs dans le calme et la tranquillité. Vous devez être servi…
Ce n’est qu’un calme apparent. Mais sous ce calme règne une énergie, une tempête qu’il faut gérer. Nous sommes prêts et déterminés. Les joueurs sont prêts. A la limite même un peu agressifs et impatients. Ce n’est pas calme du tout.

Votre préparation vous a-t-elle satisfait ?
On a tout fait pour ça. C’est notre boulot d’arriver à être prêt le jour J. On essaie de faire le mieux possible. Mais ce n’est pas une science exacte. Ce n’est jamais évident d’être prêt ce jour-là, à l’heure exacte. Il y en a qui sont prêts plus tard que d’autres. Certains s’agitent plus vite. On espère tous que l’on sera un peu plus prêts que les Uruguayens. Mais sans garantie aucune.

Est-ce gênant de ne pas vous être entrainé aujourd’hui sur la pelouse du Cap ?
Personnellement, ça ne me gêne pas car je ne m’entraîne jamais. Il y a un terrain. L’herbe est verte. Les lignes sont toutes au même endroit. Le rectangle est le même pour tous. Donc, cela ne me dérange pas que l’on ne se soit pas entraîné ici ce soir (hier).

« Tous les qualifiés méritent d’être là »

Quel serait le score idéal pour ce premier match ?
Je ne sais pas. Tout est lié. Il y a l’autre match du groupe. Il y a d’autres rencontres à venir. En 2006, on avait fait deux matchs nuls avant de se qualifier. Il y a des équipes qui perdent le premier match mais qui se qualifient. Il y a des équipes qui gagnent leur premier match et qui ne se qualifient pas. Il n’y a pas de vérité. C’est toujours mieux de gagner que de perdre dans l’idéal. Le premier match n’est pas décisif. Il est important. Il reste deux matchs derrière. Les trois premiers matchs sont liés. C’est un championnat, une psychologie particulière. Ensuite, il y aura la Coupe si on parvient à passer ce premier tour.

La France mérite-t-elle d’être ici compte tenu des circonstances dans lesquelles elle s’est qualifiée ?
On a fini seconds de notre groupe. On a gagné notre match de barrage, comme l’Uruguay d’ailleurs. Tous les qualifiés méritent d’être là. A la fin, il y en a un qui méritera de gagner.

MB au Cap