RMC Sport

Domenech : « Ma succession ? C’est pas mon problème »

Domenech : « Mon successeur ? C’est pas mon problème. »

Domenech : « Mon successeur ? C’est pas mon problème. » - -

Le sélectionneur de l’équipe de France était présent hier au tirage des 16es de finale de la Coupe de France. L’occasion d’aborder l’actualité de sa succession, de Patrick Viera, de l’Afrique du Sud, et du calendrier.

Raymond, le président Escalettes a donné la semaine dernière une liste de nom d’entraîneurs qui pourraient vous succéder après le Mondial. Un avis ?
Ce n’est pas mon problème. Mon problème, c’était la qualification, et maintenant c’est la participation et la mise en place de toute l’infrastructure pour que l’on soit performant à la Coupe du monde. Ce poste là et tous les postes d’entraîneurs, c’est exactement la même chose. Tout le monde dit, souhaite et pense, mais il n’y a que ceux qui sont au boulot qui sont responsables et qui savent ce qu’ils ont à faire.

Patrick Viera, votre ancien capitaine qui n’a pas rejoué avec les Bleus depuis juin 2009, a signé à Manchester City. Est-ce un bon choix ?
Ça fait un moment qu’on en discutait avec Pat. Je suis content qu’il aille dans un club où il a des chances de jouer alors qu’à l’Inter il était barré. Je souhaite qu’il joue, qu’il revienne à son niveau et qu’il ne se blesse pas. A ce moment là on sait qu’il est un candidat à l’équipe de France. Il peut amener beaucoup dans la sérénité à cette équipe.

La Coupe d’Afrique des nations, qui a débuté hier soir, a été marqué par l’épisode sanglant de l’attaque des bus de la sélection togolaise. Craignez-vous pour la sécurité en Afrique du Sud ?
Je ne suis pas du tout inquiet. Je suis allé en Afrique du Sud, et on a pu se rendre compte qu’il y avait une réelle différence entre ce qu’on raconte et la réalité. L’Afrique du Sud n’est pas la jungle qu’on décrit, c’est un pays magnifique. On s’y est promené tranquillement. Les Africains vont prendre des mesures de sécurité, mais les mêmes qu’on a eues en Allemagne (en 2006). Il n’y a pas plus d’inquiétude à avoir.

Avec les 13 reports de matches, et le prochain tour qui se dispute dans deux semaines, la Coupe de la Ligue est confronté à un problème de calendrier…
Quand la Coupe de la Ligue s’est mise en place, c’était pour réduire le championnat à 18 clubs. On est revenu à vingt clubs mais on a gardé les deux coupes. On a rajouté des matches et on ne peut pas le faire indéfiniment. C’est l’organisation du calendrier qui pose un vrai problème avec les matches de Coupe parce que ça fait des trous dans le calendrier.

La rédaction - François-Xavier de Châteaufort