RMC Sport

Domenech : « Notre réputation est en jeu face à l’Afrique du Sud »

Raymond Domenech

Raymond Domenech - -

Intervenu lundi en conférence de presse à Bloemfontein, le sélectionneur n’a pas éludé les évènements de la veille liés au boycott des joueurs, mais il affirme que l’image de l’équipe de France peut être restaurée par une bonne performance demain face à l’Afrique du Sud.

Raymond Domenech, le match face à l’Afrique du Sud semble impossible à préparer…
C’est difficile dans le contexte actuel. Je sais que les joueurs ont laissé beaucoup d’énergie en dehors du sport. Dommage. Mais quelque part, il n’y a plus de mots, mais des actes. Les actes, ce sont ceux qu’ils devront réaliser demain. Le reste n’a aucun intérêt et aucun sens.

Vous sentez-vous désavoué ?
Le problème n’est pas là. Je suis responsable. Ce qui est arrivé, j’en suis responsable. Mais il faut préparer le match et il n’y a que cela qui compte. Notre réputation est en jeu lors du match face à l’Afrique du Sud. Le résultat fera que notre réputation sera entachée ou valorisée.

Avez-vous confiance en votre équipe ?
J’ai 22 joueurs. Le mot confiance n’a plus lieu d’être à ce niveau. Mais je peux les mettre en situation pour être le plus efficace. Ce n’est pas facile. Ils ont pris conscience de l’ampleur de ce qu’ils ont fait. Le seul moyen de rattraper le coup, c’est de jouer le coup à fond.

« Les primes ? Je ne sais pas de quoi vous parlez »

Allez-vous faire l’équipe ?
Même si je le dis, vous ne me croirez pas. J’ai toujours fait l’équipe. Personne ne m’a rien dicté. Demain, ce sera pareil. Je mettrai l’équipe que j’ai envie de mettre avec le staff. Les joueurs ont envie de gagner ce match. Je n’en ai jamais été aussi certain. Je n’ai aucune inquiétude à ce niveau d’ailleurs. S’ils n’ont pas compris que tous les signes font qu’ils vaudraient mieux qu’ils soient prêts et présents...

Pourquoi Patrice Evra n’est-il pas là ?
Je me suis dit que les excuses et les explications n’avaient strictement aucun sens. Les Français n’attendent d’eux qu’un comportement sur le terrain, pas devant les micros. J’espère que tous les joueurs seront prêts. C’est à eux de puiser au fond d’eux-mêmes et de montrer qu’ils aiment le football et l’équipe de France. Il faut voir ceux qui seront en état physique et psychologique de faire le match pour jouer la chance à fond. Car ce n’est pas évident d’être fort pour jouer sa dernière chance.

Pensez-vous que les joueurs doivent rendre leur prime liée au sponsoring ?
Je ne suis pas au courant. Permettez-moi de ne pas répondre à cette question. Je ne sais pas de quoi vous parlez.

Le titre de l'encadré ici

|||

La mise au point de Domenech
En préambule à la séance de questions - réponses avec les médias, Raymond Domenech a tenu à donner sa version des faits relatifs au boycott de l’entraînement décrété hier par les joueurs : « Je tiens à dire que la sanction qui a été prise contre Nicolas Anelka est justifiée. Je soutiens la fédération. Personne n’a le droit de se comporter de cette manière dans un vestiaire ou ailleurs. Les sportifs de haut-niveau sont importants. Ils n’ont pas le droit de se comporter comme cela. La première sanction est sportive. La suivante est administrative puisqu’il a été renvoyé de la Coupe du monde. (…) Je suis intervenu pour lire le communiqué (devant la presse, ndlr). Cela faisait 45 minutes qu’on commençait à parlementer dans le bus. J’ai essayé de raisonner les joueurs. Et leur dire que c’est une aberration et une stupidité sans nom. Au bout des 45 minutes, avec le président, René Charrier (membre du syndicat des joueurs UNFP, ndlr), on a essayé de les convaincre. En tant que joueur de l’équipe de France, on ne peut pas se permettre de faire cela. Je me suis dit stop. Il faut arrêter la mascarade. Les Français avaient le droit de savoir. J’ai pris le papier et je suis allé le lire. J’aurais dû dire qu’en aucune manière je ne cautionne ce document et cette attitude là. »