RMC Sport

Elano, le joyau de l’ombre

Elano

Elano - -

Le milieu de terrain de Galatasaray est l’une des pièces maitresses de la sélection brésilienne qui affronte le Chili ce soir (20h30) en huitièmes de finale.

Ce n’est pas le plus connu des Brésiliens. Loin de là. Mais dans le système de Dunga, il fait partie des rouages essentiels. A 29 ans, Elano a trouvé sa place dans l’entrejeu de la Seleçao. Décrit comme un joueur « exceptionnel » par son sélectionneur, le milieu de terrain de Galatasaray a su se rendre indispensable. En deux matches sur le sol sud-africain, face à la Corée du Nord et la Côte d’Ivoire, il a déjà inscrit deux buts. Et fait l’étalage de tout son talent. Fin dribbleur, passeur hors-pair, adroit sur coups de pied arrêtés, le n°7 brésilien partage le rôle de maestro avec Kaka. Les deux artistes donnent le tempo. Leurs partenaires suivent le rythme, tandis que leurs adversaires cherchent à les casser. Parfois violemment, à l’image d’un tacle de l’Ivoirien Cheik Tioté sur le tibia d’Elano. Sorti sur civière, l’ancien métronome de Manchester City et du Chakhtior Donetsk a envisagé le pire. « J'ai cru que c'était cassé, j'étais vraiment désespéré sur le coup, explique-t-il. Mais grâce à Dieu, ce n'était pas sérieux, mes filles m’ont sauvé. » Très croyant, Elano a fait inscrire les prénoms de ses filles, Maria Teresa et Maria Clara, sur ses protège-tibias. Il estime toutefois que les arbitres du Mondial devraient se montrer « plus sévères. » Après quelques séances de travail individuel, celui qui s’est révélé sous le maillot de Santos, aux côtés de Robinho et Diego, a réintégré le groupe auriverde. Sur le banc face au Portugal (0-0), il devrait retrouver sa place de titulaire ce soir face au Chili. Histoire de remettre un peu de lumière dans le jeu de la Seleçao.

Alexandre Jaquin