RMC Sport

France-Argentine: El Cuartito, la mémoire du sport argentin et… de la pizza

El Cuartito

El Cuartito - -

Située dans le quartier de Recoleta à Buenos Aires, la pizzeria "El Cuartito" est devenue en moins de 100 ans un lieu emblématique de la afficion ciel et blanche. Un endroit incontournable qui vibrera samedi à l'heure du coup d'envoi du 8e de finale de Coupe du monde entre la France et l'Argentine.

La légende dit qu"El Cuartito" n’a pas inventé la pizza mais que c’est ici qu’elles sont les meilleures. Dans la nuit de l’hiver austral, le néon rouge d’"El Cuartito" est immanquable dans la rue Talcahuano, à Buenos Aires. Sur le trottoir et dans le restaurant, une vingtaine de personnes, locaux, touristes, attendent pour recevoir leur pizza dans une boîte marquée "Buenos Aires". A l’intérieur, la Quilmes remplit les verres puis finit au fond des estomacs entre deux parts de pizza à la pâte soufflée. Les portions sont maousses et le décor permet d’aller jusqu’au bout du dernier filament de mozzarella. Sur les murs ciel et blanc (logique) s’étalent des dizaines de moments du sport argentin et mondial. Football, boxe, basket, sport auto, mais aussi tango et cinéma.

"Maradona et Messi, les numéros un"

"Ici c’est un peu le mélange de tout résume Horacio, le patron. C’est la passion du sport par-dessus tout. Et de la pizza." Des photos de l’Argentine, des maillots, des fanions de Banfield, Independiente, Boca... Et des photos de Diego. El Pelusa habite les murs. A travers ses portraits avec l’Albiceleste, sous le maillot de Boca Junior ou ce maillot signé par El Diez. Le bien le plus précieux selon la brigade d’El Cuartito: "Si je dois choisir une chose ici, c’est Maradona, le numéro un, c’est un emblème national, un emblème du football", sourit Horacio, penché sur sa caisse, crucifix à l’oreille. Quand on lui souffle qu’il y aussi des photos de Lionel Messi, il trouve la parade: "C’est un plaisir de voir Messi jouer, et c’était un plaisir de voir Diego jouer aussi. Ce sont tous les deux des numéros 1."

Les mots de Manu Ginobili et Sergio Goycochea

Les affiches de boxe avec De la Hoya, Maidana, Mayweather, Lewis, Tyson, jouxtent les portraits de la légende du tango, Carlos Gardel ou les affiches de films de Steve MacQueen ou Elizabeth Taylor. Ecléctisme. Amitiés aussi. La star NBA Manu Ginobili ou Sergio Goycochea, l’ancien portier de l’Albiceleste, ont laissé un mot sur leur portrait au moment d’un passage à table. Née en 1934 dans un réduit (un "cuartito", une petite pièce), El Cuartito a commencé par être une simple fenêtre dans un marché local. Puis le marché a fermé et la pizzeria a grandi jusqu’à s’étaler sur quatre numéros. Horacio continue: "C’est un lieu mythique car il a traversé les époques. Ce lieu a une aura différente. Son histoire est particulière et liée à la nation argentine." Et un lieu incontournable de la capitale. La faune est variée, des touristes aux voisins en passant par des infirmiers en blouses qui y filent pour dîner en vitesse avant de reprendre leur garde à l’hôpital voisin. Vite, il y a du monde qui attend encore dehors.

Morgan Maury à Buenos Aires (Argentine)