RMC Sport

Henry : « Il y a une logique… »

Le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France s'explique sur son nouveau statut de remplaçant.

Le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France s'explique sur son nouveau statut de remplaçant. - -

Avant le troisième et dernier match de préparation contre la Chine, l’attaquant de Barcelone s’exprime pour la première fois sur sa situation inédite de remplaçant chez les Bleus.

Thierry Henry, que s’est-il dit exactement avec Raymond Domenech lorsqu’il est venu vous voir à Barcelone avant le stage de Tignes ?
Le coach m’a dit que je n’allais pas commencer le Mondial à cause de mes quatre derniers mois à Barcelone. On a aussi discuté de la préparation, de la gestion sur le terrain et dans le groupe. C’est une discussion entre un des capitaines et son coach. Malheureusement, j’ai entendu énormément de trucs, quelque part, inadmissibles et choquants. Voici ce qui s’est passé, ni plus ni moins.

Comment vivez-vous cette situation inédite ?
Il y a une logique qu’il faut respecter dans le football. Que voulez-vous que je vous dise ? Que j’ai joué les quatre derniers mois à Barcelone et que j’ai tout éclaté ? Nico (Anelka) commence et c’est tout à fait normal. Pourquoi cela dérangerait-il les autres alors que ça ne me dérange pas ? Mais bon, je commence à avoir l’habitude…

Avez-vous envie de vous battre pour regagner votre place de titulaire ?
Ce n’est pas une question de se battre mais de se mettre au service du groupe, de bien s’entraîner et de faire le maximum quand on rentre. Peu importe qui joue, peu importe qui est remplaçant.

Patrice Evra est-il un bon capitaine ?
Patrice a tout pour ça. Il parle, il a un jeu dur, il sait bien jouer au ballon. Mais je l’ai déjà dit dans les qualifications, il n’y a pas un capitaine, il faut qu’il y ait vingt-trois mecs qui puissent à un moment donné tirer le groupe, quelque soit le moment, ça peut être deux minutes. Mais Pat est bien comme capitaine.

N’y a-t-il pas un risque de vous sentir en vacances ici à la Réunion ?
Oui, il faut se le rappeler chaque seconde, chaque minute. Ce n’est pas évident parce que le cadre est parfait pour oublier ça. On sait que vendredi le match va être difficile, on se souvient du match à Saint-Etienne contre cette équipe de Chine qui était difficile à manœuvrer (3-1, le 7 juin 2006). A nous de faire ce qui a à faire pour repartir un peu plus sereinement en Afrique du Sud.

Que faut-il régler par rapport au match contre la Tunisie (1-1) ?
Il va falloir essayer de trouver le juste milieu, dans le sens où quand on parle des attaquants, les ballons viennent de l’arrière. De la même façon quand on parle de la défense, à nous aussi de pouvoir les aider parce que le premier rideau, c’est nous.

Propos recueillis par Fabien Lefort à Saint-Pierre La Réunion