RMC Sport

Houllier : « Il ne pouvait pas gagner l’Euro »

Selon le Directeur Technique National, Raymond Domenech n’avait pas les armes adéquates pour remporter l’Euro. En revanche, son projet pour l’avenir est ambitieux.

Gérard Houllier, le discours de Raymond Domenech vous a-t-il convaincu ? Et si oui, en quoi ?
Je pense qu’il a prouvé qu’il était un bon sélectionneur, qu’il avait la compétence, l’expertise et les résultats quelque fois avec lui. Il a également une bonne connaissance du vivier français puisque c’est lui qui a lancé une batterie de jeunes en équipe de France. Moi, je souhaitais savoir, connaître sa détermination, sa force physique et mentale à relever le défi. Non pas prendre une revanche, parce que comme le pense Jean-Pierre Escalettes, je ne crois pas du tout que l’on soit dans un bon état d’esprit lorsque l’on souhaite prendre une revanche. Je parlerais plus d’un rebond à saisir, et cela implique des modifications à la fois sur lui mais aussi sur l’équipe. Dans la mesure où l’on a choisi la voie de la stabilité et de la continuité, il était intéressant d’entendre Raymond Domenech. Il a un projet. Un projet d’animation offensive. Je pense qu’il en a bien pris conscience avec la victoire de l’Espagne. Il n’y a plus actuellement de joueurs miracles, il n’y en a pas en tout cas en France. Il a un projet collectif tourné vers une animation offensive différente avec peut-être plus de risques, plus de déséquilibre. Il ne restait plus qu’à savoir si les joueurs lui feraient confiance. De ce que l’on a pu lire ou entendre dans la presse, je pense que oui. Ça, c’est peut-être l’élément qui a été le plus important dans notre choix.

Selon vous, aurait-il pu remporter le Championnat d’Europe des Nations ?
Il était dans une situation difficile. Soit il n’emmenait pas les anciens et là la presse lui aurait envoyé une salve de critiques énormes du genre « les anciens qui l’ont aidé à faire une finale de Coupe du Monde ne sont même pas sélectionnés ». Soit il les emmenait… or en six mois, il y a cinq joueurs majeurs du dernier Mondial qui n’ont pas joué, qui ont été blessés ou qui avaient divers états d’âme. Donc, pour moi, il était dans une « no win situation ». Il ne pouvait tout simplement pas l’emporter.

La rédaction