RMC Sport

L’Allemagne, eldorado du foot féminin

-

- - -

Depuis le début de la Coupe du monde, l’équipe de France a pu se rendre compte de la passion allemande pour le foot féminin. Un cran sera encore franchi ce mardi (20h45). Face à leurs hôtes, les joueuses tricolores évolueront devant près de 50 000 personnes.

En 2006, les hommes avaient été conquis par un Mondial à la réussite populaire fantastique. En 2011, c’est au tour des femmes de goûter à la passion allemande. Car depuis huit jours, la Coupe du monde féminine rencontre un formidable succès. En prenant ses quartiers de l’autre côté du Rhin, la compétition ne pouvait pas mieux tomber. Interdit aux filles jusqu’en 1970, le foot est devenu une religion chez ces dernières. L’Allemagne compte plus d’1 million de licenciées, alors que la France n’en enregistre que 56 000. Soit un rapport de 18 entre les deux voisins…

Les Bleues ont pu mesurer cet écart de popularité dès leur match d’ouverture contre le Nigéria (1-0). La Rhein-Neckar Arena, le stade d’Hoffenheim, affichait complet avec 25 000 spectateurs présents. Ce mardi (20h45), pour leur dernière rencontre du groupe A, elles auront encore du mal à s’entendre. A Mönchengladbach, le rendez-vous entre l’Allemagne et la France est immanquable. Même si l’enjeu ne concernera « que » la première place du groupe, les deux équipes étant déjà qualifiées, l’affiche est à guichets fermés. « Depuis deux mois… » glisse, admiratif, Bruno Bini, le sélectionneur des Bleues.

Bajramaj, un revenu d’1 million d’euros

Jusqu’au 17 juillet, date de la finale, le risque que l’un des stades sonne creux est de toute façon extrêmement réduit avec un taux de remplissage de 80%. Le succès est aussi télévisuel. En plus des 74 000 spectateurs pour Allemagne-Canada, 15 millions de personnes ont suivi le premier match de la sélection nationale devant leurs télés. Avec un pic à 18 millions… La presse et les partenaires suivent également avec une grande attention cette Coupe du monde. Panini, l’éditeur italien d’autocollants, a vendu 4,5 millions de paquets de vignettes et a dû en réimprimer 1 million.
Un véritable engouement qui ne fait que confirmer la progression du foot féminin en Allemagne. En championnat, Potsdam, Francfort et Duisbourg sont les fers de lance. Et les sommes en jeu commencent à atteindre des sommets. La star de l’équipe allemande, Fatmire Bajramaj, qui passera la saison prochaine de Potsdam à Francfort, toucherait plus d’1 million d’euros par an, contrats publicitaires compris. Ce qui en fait la joueuse la mieux au payée au monde avec la Brésilienne Marta. Chez les Bleues, certaines partagent leur emploi du temps entre leur métier et le foot. Elles découvrent un autre monde, juste de l’autre côté de la frontière.