RMC Sport

L’Allemagne, un cran au-dessus

Thomas Mueller a inscrit deux buts pour les Allemands

Thomas Mueller a inscrit deux buts pour les Allemands - -

Bien aidée par un but refusé à Lampard, l’Allemagne a étrillé l’Angleterre (4-1), dimanche à Bloemfontein, et s’est qualifiée pour les quarts de finale du Mondial sud-africain.

Sur les visages anglais, la même expression au coup de sifflet final. Des mines défaites. Des regards hagards, comme s’il avait manqué quelque chose aux Three Lions pour renverser le sort de leur élimination face à l’Allemagne. Quelque chose comme une frappe de Lampard, heurtant d’abord la transversale de Neuer, avant de rebondir derrière la ligne de but adverse. On joue la 38e minute et l’Angleterre n’est plus menée que d’un but. Le coup aurait été parfait avant la mi-temps. Sauf que Jorge Larrionda, l’arbitre uruguayen du match, ne l’entend pas cette oreille. Malgré les protestations de Lampard, l’officiel n’accorde pas le but aux hommes de Fabio Capello. Ces derniers ne vont jamais le digérer.

Avant ce tournant, l’Angleterre souffre déjà. Une demi-heure d’absence derrière, Upson trop court et à la limite du penalty, Terry et Johnson peu concentrés sur leur sujet : il n’en faut pas plus pour permettre à Klose (20e) et Podolski (32e) de faire trembler les filets. Une sortie ratée de Neuer et une tête d’Upson (40e), bien à propos cette fois, réanime des Anglais indigents dans le jeu, fébriles sur leurs bases arrières et orphelins du Rooney tranchant de Manchester United.

But refusé et barre pour Lampard

L’Angleterre de Fabio Capello est toujours en vie. Mais le sort ne semble pas vouloir basculer de son côté. Echaudée par la frappe de Lampard, l’Allemagne manque de sombrer sur un nouveau coup de canon du joueur de Chelsea. Cette fois, le ballon s’écrase sur la barre, sans flirter avec la ligne (52e). Aussi inattendu que la décision en première période de Jorge Larrionda et de ses assesseurs, la bande à Terry subit dans la foulée un contre fatal, parfaitement mené par Schweinsteiger et conclu par Müller (67e). Le Munichois enfonce le clou trois minutes plus tard, toujours en contre, sur un service d’Özil cette fois (70e). 4-1, l’addition est lourde pour les Anglais. Pas usurpé toutefois pour des Allemands séduisants dans le jeu. Comme à son habitude, la Nationalmannschaft a passé le seuil des huitièmes de finale d’une Coupe du monde. Les troupes de Joachim Löw entretiennent l’espoir d’un nouveau sacre après celui de 1990. Vingt ans d’attente. Vingt-quatre de moins que des Anglais (1966) en panne d’inspiration sur le sol sud-africain. Et malchanceux, par-dessus le marché.

Alix Dulac