RMC Sport

L’Australie serre le point

Brett Emerton

Brett Emerton - -

Réduite à dix après l’expulsion d’Harry Kewell en première période, l’Australie a tenu tête au Ghana (1-1). Les Socceroos conservent une petite chance d’atteindre les huitièmes de finale.

Cela aurait pu être le tournant du match. 24e minute : Harry Kewell, peiné, exclu par l’Italien Roberto Rosetti pour une main dans la surface sur une frappe d’Asamoah Gyan. A dix contre onze, rejointe au score après le penalty transformé par le buteur rennais et privé de son joueur vedette, l’Australie semblait prête à suivre les traces de l’Allemagne, battue la veille par la Serbie (0-1) et elle aussi, réduite à dix en cours de partie.

C’était sans compter sur le cœur des Socceroos. Les Australiens n’ont rien lâché pour arracher leur premier point dans le groupe F. Les protégés du Néerlandais Pim Verbeek débutent bien la rencontre, profitant d’une erreur de Kingson qui relâche un coup franc de Bresciano dans les pieds d’Holman (11e, 0-1). Ils s’efforcent ensuite de bien la finir et profitent du manque de lucidité du Ghana. Malgré leur avantage numérique, les Black Stars se jettent de manière désordonnée à l’assaut du but australien.

Des Ghanéens nerveux

La possibilité de prendre le large sur l’Allemagne et la Serbie aurait-elle gêné les hommes de Milovan Rajevac ? Toujours est-il que l’Australie joue crânement sa chance en seconde période. De la tête, Chipperfield (65e) puis Wilkshire (72e) dans la surface, rappellent aux Black Stars que les Australiens sont encore en vie. Nerveux, le Ghana récolte deux cartons jaunes en cinq minutes. Gyan fait preuve de maladresse (70e), Mensah manque de centimètres (88e) et Owusu-Abeyie (90e+1) de chance, sa frappe de trente mètres trouvant un Schwarzer impeccable sur sa route.

Le Ghana a raté sa balle de match. Première du groupe F, elle devra disputer son billet pour les huitièmes de finale à l’Allemagne. Elle ne sera pas la seule à jouer sa qualification lors de la dernière journée. Pour avoir fait mieux que résister à la tourmente, l’Australie, opposée mercredi à la Serbie, s’est offert le droit de rêver.

Alix Dulac