RMC Sport

L’Espagne, terre d’accueil des Néerlandais

Giovanni van bronckhorst a remporté une Ligue des champions avec le Barça

Giovanni van bronckhorst a remporté une Ligue des champions avec le Barça - -

L’histoire d’amour entre les joueurs hollandais et l’Espagne a débuté en 1970 avec l’arrivée de Johan Cruyff au Barça. Aujourd’hui, cinq joueurs de l’équipe-type des Pays-Bas : Van der Vaart, Von Bommel, Van Bronckhorst, Sneijder et Robben jouent ou ont joué dans des clubs ibériques.

Chabadabada, Chabadabada ! Les Pays-Bas et l’Espagne s’affrontent ce dimanche en finale de la Coupe du monde. Mais les liens sont très forts entre ces deux pays. Retour en 1973. La star batave, Johan Cryuff, rejoint le FC Barcelone. Au cours des cinq saisons passées au Barca, une relation unique se tisse entre Barcelone et El Fac. Entre l’Espagne et les Pays-Bas. « Koeman, Stoïchkov, Laudrup ou Romario ont rejoint ensuite le club catalan, grâce à Cryuff », explique Johan Neeskens, double finaliste des Mondiaux 1974 et 1978, qui a également passé cinq années au Barca.

L’histoire d’amour est loin d’être terminée et les Néerlandais sont toujours autant aimés dans le Royaume des Asturies. Arjen Robben et Wesley Sneijder, étincelants dans cette compétition, ont fait les beaux jours du Real Madrid (2007-2009), avant d’être déclarés « personae non gratae ». Pourtant, Sneijder ne veut pas entendre parler de revanche : « Peu m’importe le rival, je me moque que l’on joue l’Espagne, assure-t-il. La seule chose importante est de gagner la Coupe du monde. » Robben, lui, est impatient : « C’est un véritable bonheur de jouer contre la Roja ».

Pour Giovanni Van Bronckhorst, ancien Barcelonais (2003-2007) qui raccrochera les crampons à l’issue de la finale, cette rencontre a un parfum particulier « C’est un réel bonheur, confesse-t-il. Je vais jouer ce match exceptionnel face à de bons amis. On s’envoie de nombreux messages ».

Un staff à l'accent espagnol

Le staff des champions d’Europe 1988 est également marqué de l’empreinte ibérique. Au côté de l’entraineur Bert Van Marwijk, on retrouve trois anciens Blaugrana : Philip Cocu et Frank de Boer assistent le sélectionneur, Ruud Hesp entraîne les gardiens de but. L’ancienne star du Barca De Boer est plutôt confiante avant ces retrouvailles. « Le football espagnol nous correspond plus, assure-t-il. Ils ont une grande possession du ballon mais la façon dont nous jouons peut leur faire mal ». Pour Cocu, l’esprit festif prime : « Cela sera spécial d’être les rivaux de nos amis et anciens coéquipiers de vestiaire. Mais je vois ça du bon côté, nous sommes tous les deux en finale ».

Ce match aura une saveur toute particulière également pour Rafael Van der Vaart. La mère du milieu offensif des Oranje et du Real Madrid est… espagnole ! Une partie de sa famille vit d’ailleurs en Andalousie. « Ils auront le cœur partagé », avoue le Madrilène. Une chose est sûre : quel que soit le vainqueur, il y aura forcément des heureux chez les Van der Vaart…

Carine Galli