RMC Sport

Le « Bloody Sunday » de l’arbitrage laisse la FIFA de marbre

-

- - -

Les deux énormes erreurs de dimanche dernier n’ont pas entamé la détermination d’une fédération internationale qui refuse obstinément d’ouvrir le débat sur la vidéo.

Et dire que jusque là, les arbitres avaient plutôt bien fait leur job ! Il aura suffi d’un Bloody Sunday de l’arbitrage pour que le débat sur la vidéo explose à la figure des dirigeants de la FIFA. Dimanche dernier, deux énormes erreurs ont entaché le bon déroulement des matches. Premier épisode : Allemagne-Angleterre. A 2-1 pour les Allemands, M. Larrionda n’accorde pas le but de l’égalisation à Lampard, alors que tout le monde a vu le ballon pénétré dans le but de Neuer. Deuxième épisode : Argentine-Mexique. A 0-0, M. Rosetti valide un but entaché d’un hors-jeu à Tevez alors que lui-même a vu les images de la faute sur les écrans géants du Soccer City stadium de Johannesburg.

Dès le lendemain, la FIFA a repoussé toutes les questions concernant ces deux faits de matches, se contentant de stigmatiser la rediffusion des images au Soccer Stadium city et de préciser qu’elle ne faisait que suivre la position de l’International Board, garant des lois du jeu. Ces réponses n’ont évidemment pas satisfait la presse internationale. « La vidéo existe en tennis, en cricket, pourquoi pas en football, peste Roger Thompson, de BBC TV. L’argument du ‘c'est trop cher’ est ridicule. Le foot est le sport le plus riche. »

Pour Dieter Gruschwitz, le directeur des sports de ZDF, il n’y a « pas de doute » sur le fait qu'il y ait eu une erreur d'arbitrage. « C’est un scandale, affirme l’Allemand. La FIFA doit trouver une solution. Le football est un jeu avec des millions d'euros pour enjeu. On doit vraiment se servir des possibilités techniques existantes. »

Aguirre, le plus digne

Ricardo Cucchi, rédacteur en chef à la RAI en Italie, se veut philosophe. « Il existe désormais deux footballs. Celui que l'arbitre voit sur le terrain. Et celui que le supporter regarde à la télé. Depuis 2006, il y en a aussi un troisième : celui du quatrième arbitre qui voit à la vidéo ce que Zidane a fait à Materrazzi… »

Finalement, Javier Aguirre se fera le meilleur avocat de la FIFA. « J’ai dit à mes joueurs de rester tranquilles dans leurs déclarations, a expliqué le sélectionneur mexicain à l’issue de la sévère défaite de son équipe face à l’Argentine (3-1). Les arbitres font des erreurs, ce sont des êtres humains. » On ne peut être plus digne…