RMC Sport

Le Cap recueille tous les suffrages

-

- - -

La Coupe du monde s’est déroulée dans les quatre coins de l’Afrique du Sud. Mais forcément, il y a eu des villes plus accueillantes que d’autres. Petit classement des cités hôtes de ce Mondial 2010.

1. Cap Town : Elle remporte de loin le premier prix des villes hôtes. C’est d’abord sa situation exceptionnelle, coincée entre la mer et la montagne de Table Mountain, qui a séduit les touristes du monde entier. Mais c’est aussi l’atmosphère qui règne au Cap. Dans cette ville à taille humaine, les supporters ont pu se promener à pied et se rassembler sur le front de mer avant et après les matchs. Le jour du quart de finale entre l’Allemagne et l’Argentine, ce sont près de 200 000 personnes qui se sont réunies dans la ville pour faire la fête.

2. Durban : La ville au bord de l’océan Indien a, elle aussi, profité de sa situation pour pointer en haut du classement. La municipalité avait d’ailleurs misé sur son climat pour attirer les fans de foot. En effet, Durban a joui pendant cette Coupe du monde du climat le plus doux, avec des températures presque estivales quand le reste du pays était plongé dans le froid de l’hiver austral. C’est son Fan Park, situé quasiment sur la plage, qui a attiré le plus de supporters, avec un peu plus de 350 000 visiteurs pendant le tournoi.

3. Johannesburg et Pretoria : Si elles ont été les camps de base de beaucoup de touristes étrangers pendant la compétition, les deux villes du Gauteng ont souffert de leur taille. Johannesburg, bien qu’au centre de la compétition, avec son stade emblématique de Soccer City qui a accueilli le match d’ouverture et dimanche la finale, n’a pas offert l’ambiance de fête qu’on attendait. Trop grande, trop peu de transports en commun, les supporters ont eu du mal à se repérer dans sa succession de quartiers. Son Fan Park n’a d’ailleurs pas réussi à attirer en nombre les supporters (110 000 seulement sur un mois), et était même désert certains soirs de match.

4. Port Elizabeth : Après la mégalopole de Johannesburg, les touristes ont pu se détendre dans cette ville au bord de l’océan Indien. Lieu de villégiature par excellence des Sud-africains, les visiteurs étrangers ont pu eux aussi profiter de ses plages, et de toutes ses activités nautiques. Les fans de foot ont en outre été séduits par le Nelson Mandela Bay, son stade flambant neuf.

5. Bloemfontein : Ce qui a le plus réjoui les touristes dans cette ville perdue au milieu de la province du Free State, c’est l’ambiance dans le stade. Réputée pour avoir les plus fervents supporters de foot du pays, Bloemfontein n’a pas déçu. Le soir du match Afrique du Sud/ France, les supporters des Blœmfontein Celtics ont mis le feu dans les tribunes.

6. Polokwane : C’est probablement la ville la plus africaine de toutes les villes hôtes, et cela a des bons côtés. Un climat plus doux qu’à Johannesburg, un rythme de vie différent, des locaux qui prennent le temps d’être accueillants. Mais le soir, certains fans de foot ont pu trouver le temps long. Peu de restaurants et de bars pour célébrer la victoire ou oublier la défaite, l’ambiance d’après match a parfois été un peu décevante.

7. Nelspruit : Le stade aux girafes a profité de sa situation pour attirer des visiteurs. Sur la route du parc Kruger, la ville de Nelspruit a été une étape pour les touristes qui filaient vers les réserves naturelles toutes proches. Et ils ont bien fait, car à Nelspruit, il n’y a pas grand-chose à faire. Le stade a d’ailleurs échoué à faire le plein certains soirs de match.

8. Rustenburg : C’est la bonne dernière de ce classement. La ville au plus petit stade de ce Mondial, avec une capacité d’un peu moins de 40 000 places, n’a pas réussi à séduire les touristes. Trop proche de Johannesburg et Pretoria (200 kms à peine), les supporters s’y sont rendus les jours de matchs, mais n’y sont pas restés longtemps.

Marie Régnier en Afrique du sud