RMC Sport

Le mauvais rebond de l’Histoire

Frank Lampard et Steven Gerrard

Frank Lampard et Steven Gerrard - -

44 ans après le but de litigieux de Geoffrey Hurst en finale du Mondial 66, Frank Lampard s’est vu refuser un but sur une action similaire. Et, comme en 1966, ça a tout changé.

Ce 30 juillet 1966, Geoffrey Hurst a changé le cours de l’Histoire et offert le titre mondial à l’Angleterre grâce à un triplé en finale de Coupe du monde face à la RFA (4-2). Lors d’une tragique prolongation, sa frappe a heurté la barre puis rebondi à la verticale. Un seul homme dans un stade de Wembley comble est sûr de lui, le juge de touche soviétique Tofik Bakhramov : le ballon est bien entré. Un dernier but du même Hurst scella définitivement le sort de la finale, objet de toutes les controverses depuis.

44 ans après, les Allemands ont pris une savoureuse revanche à Bloemfontein, presque magnifiée pour eux par ce but refusé à Frank Lampard aux si fortes similitudes avec celui accordé à Hurst. On ne jouait que la 38e minute, ce n’était qu’un huitième de finale. Mais l’Angleterre, avec ce but, revenait à égalité après une entame catastrophique. S’il avait été accepté, le choc aurait sans doute pris un tout autre visage que celui de balade teutonne qu’il nous a offert ensuite. L’arbitre uruguayen, Jorge Larrionda, ne restera pourtant sûrement pas dans l’Histoire comme M. Bakhramov, dont le stade de la capitale azérie, Bakou, porte aujourd’hui le nom. Car lui aurait pu être aidé par la vidéo (dans un monde idéal) ou, mieux avec les règlements actuels, son arbitre de touche. Une étude du Sunday Times en 2006 avait prouvé, 40 ans après, que le but de Hurst n’aurait pas dû être validé pour 7,6 centimètres manquants. Il a fallu dix secondes au monde entier pour voir que la frappe de Lampard avait dépassé la ligne de trente bons centimètres. On n’arrête pas le progrès …

Silvère Beau