RMC Sport

Les Bleues à trois marches du rêve

Louisa Necib

Louisa Necib - -

Ce samedi à 18 heures, l’équipe de France féminine affronte, à Leverkusen, l’Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde. Mais dans les têtes des protégées de Bruno Bini, c’est clair : ce match ne doit constituer qu’une simple étape vers le titre suprême.

5-2. Le score probable ? Absolument pas. Depuis 1973, la France et l’Angleterre se sont affrontés douze fois. Les Bleues mènent cinq victoires à deux et n’ont plus perdu depuis…1974. Battre l’Angleterre pour affronter le finaliste de la dernière Coupe du monde, le Brésil, ou la redoutable équipe des Etats-Unis ? Un rêve. Les coéquipières de Sandrine Soubeyrand l’espèrent à l’image de Sabrina Viguier. « L’Angleterre est une équipe que nous avons déjà rencontrée. Elle est à notre portée. Avec du sérieux, nous pouvons la battre. On veut cette demi-finale. L’objectif est de gagner la Coupe du monde ».

Dans les têtes, c’est clair, l’Angleterre n’est qu’une étape pour arriver au Graal. En phase de poule, les Françaises ont évité le piège nigérian (1-0) avant d’étriller le Canada (4-0). La défaite contre l’Allemagne (4-2) reste anecdotique, les Bleues étant déjà qualifiées. Toutefois, la dixième nation à la FIFA est un adversaire coriace. Les filles d’Hope Powell ont fini en tête de leur groupe avec deux victoires et un match nul dans un groupe relativement facile.

Une opposition de style

Le match de ce soir s’annonce excitant. Outre la suspension de Sapowicz, la portière française, remplacée par Céline Deville, Bruno Bini alignera son équipe type avec notamment Abily et Délie, à l’instar du match contre l’Allemagne où il avait fait tourner son effectif. Côté anglais, le sélectionneur Hope Powell va pouvoir s’appuyer sur un groupe à la forme ascendante. Après un démarrage poussif face au Mexique (1-1), son groupe s’est bien repris face à la Nouvelle-Zélande (2-1) puis contre le Japon (2-0), pourtant 4e équipe mondiale.

Toutes les joueuses cadres de la sélection aux Trois Lions seront présentes. La capitaine Faye White est le symbole de cette Angleterre combattive. Depuis 1997, la défenseur d’Arsenal a été de toutes les épopées. A suivre également, la numéro 10, Kelly Smith. Avec 43 buts en 108 sélections, la joueuse expatriée dans le championnat US sera l’un des principaux dangers pour la charnière centrale française Georges-Viguier. Sèchement battues en finale de l’Euro il y a 2 ans par l’Allemagne (6-2), les Anglaises brûlent d’envie de retrouver leurs hôtesses pour un remake. A condition de passer l’obstacle français.

Pariez sur les quarts de finale !