RMC Sport

Les deux surprises du chef

-

- - -

André-Pierre Gignac a été appelé pour la première fois par Raymond Domenech pour la double confrontation contre la Lituanie. Patrick Vieira, en revanche, est une nouvelle fois absent.

Au siège de la FFF, le sélectionneur français avait convoqué la presse pour dévoiler le nom des 23 lauréats pour affronter la Lituanie (28 mars à Kaunas, 1er avril au Stade de France) en éliminatoires du Mondial 2010. Le titre de grand espoir invité à découvrir la maison bleue a ainsi été attribué à André-Pierre Gignac. L’attaquant toulousain a devancé son homologue parisien Guillaume Hoarau dans les suffrages, comme il le devance au classement des buteurs de L1 (17 contre 15).

Ayant déjà connu les joies d’un regroupement en équipe de France pour des rencontres de préparation à l’Euro 2008, Adil Rami n’était pas admissible dans la catégorie. Même si le défenseur lillois avait finalement disputé la rencontre des A’ contre le Mali et pas celle des A face à l’Angleterre. Il profite ainsi des blessures d’Eric Abidal, Jean-Alain Boumsong ou encore Julien Escudé. Le patron des Bleus a également confirmé quelques tendances, notamment pour le poste de gardien n°3 où Cédric Carrasso, déjà appelé pour affronter l’Argentine à Marseille, semble bien installé au détriment de Mickaël Landreau. En très grande forme à Rennes, Jimmy Briand fait son trou en attaque.

L’autre sensation de la mi-journée est venue de la non-convocation de Patrick Vieira. Absent de la sélection nationale un match amical contre l'Uruguay (0-0), le 19 novembre, l’habituel capitaine est invité à demeurer à Milan malgré une reprise de la compétition depuis plus d’un mois. Mais Domenech a voulu tuer la rumeur dans l’œuf. « On ne voulait pas renouveler ce qui s'était passé à l'Euro, où on l'avait pris et où on n'était pas sûr qu'il pourrait jouer, a-t-il expliqué. Le jour où il sera bien et opérationnel, il sera avec nous. Le problème, c'est que c'est dans un club où il y a beaucoup de concurrence. Il lui est difficile de revenir et de reprendre sa place. » A l’Inter comme en équipe de France...

La rédaction